GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Émeutes au Chili: couvre-feu décrété à Santiago pour la troisième nuit consécutive (officiel)
    • Israël: le président Rivlin va demander à Benny Gantz de former le gouvernement
    • Israël: Netanyahu annonce renoncer à former un gouvernement (page facebook)
    Moyen-Orient

    Coup d'arrêt au réchauffement des relations entre l'Egypte et l'Iran

    media Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil al-Arabi, lors de son élection à la tête de la Ligue arabe, au Caire, le 15 mai 2011. AFP/Khaled Desouki

    Les autorités égyptiennes ont arrêté un diplomate iranien pour espionnage avant de le relâcher dimanche 29 mai 2011. Considéré comme persona non grata, il doit quitter l’Egypte dans les 24 heures. Un incident qui risque d’affecter le début de réchauffement des relations entre Le Caire et Téhéran.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    C’est suite à l’intervention du ministère des Affaires étrangères que le diplomate a été libéré par le parquet égyptien de la sécurité de l’Etat. Un coup dur pour le chef de la diplomatie égyptienne et nouveau secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, qui avait entamé un rapprochement avec l’Iran. On évoquait même une reprise des relations diplomatiques rompues entre Le Caire et Téhéran depuis l’établissement de la République islamique en 1979.

    Mais el-Arabi a fait marche arrière, il y a une semaine, indiquant que les relations ne seraient pas rétablies avant l’approbation du Parlement qui ne devrait pas être élu avant fin septembre. Ce rapide rapprochement entre Le Caire et Téhéran n’aurait pas été apprécié par les militaires du Conseil suprême qui ont pris en considération le mécontentement des principaux bailleurs de fonds de l’Egypte : les Etats-Unis et les monarchies du Golfe.

    Le dernier coup au processus de réconciliation soutenu par le courant islamiste a été porté par les services de renseignement égyptiens. Ils ont notamment accusé le diplomate de chercher à prendre contact avec les partis égyptiens désireux d’obtenir une aide économique de Téhéran.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.