GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Regain de violence à Sanaa au Yémen

    media Face à la détérioration de la situation à Sanaa, de nombreux habitants quittent la ville. Reuters/A.Awad

    Au Yémen, les affrontements ont repris à Sanaa, après 4 jours de trêve. Les forces armées du président Saleh combattent les hommes de la puissante tribu Hached, dans le nord de la ville. Une partie de la population essaye de quitter la ville. D'autres manifestent sur la place de l'Université.

    La population de Sanaa vit dans une ambiance de guerre civile. C'est un véritable black-out qui s'est abattu partout dans la ville. L'électricité est régulièrement coupée. La population manque d'eau et de gaz. Mais surtout, les affrontements dans le Nord de Sanaa ne faiblissent pas depuis mardi matin. Nabil Katom est témoin de ces événements.

    Maintenant on entend des canons. Il y a des manifestations pour supporter Taëz.

    Nabil Katom, enseignant yéménite 31/05/2011 Écouter

    Plus au sud, dans la ville de Taëz, la police disperse dans le sang les sit-in pacifiques. Par solidarité avec ces martyrs, Nabil Katom se rend tous les jours place de l'Université à Sanaa. Cet enseignant yéménite ne veut pas la guerre. Il fait confiance aux chefs de tribu pour protéger le peuple contre les hommes du président Saleh. Malgré les risques encourus, il ne compte pas quitter la ville comme le fait une grande partie de la population.

    Lundi soir, il y avait comme un black-out dans toute la ville : il n'y avait plus d'énergie, pas d'électricité, pas d'eau, ni de gaz. Il n' y avait plus rien du tout. Cela ressemblait à une ville fantôme. Avec seulement des bruits d'explosion régulièrement. Maintenant les gens sortent pour récupérer des produits de première nécessité ou pour acheter à manger.

    La présidente du forum arabe des Soeurs pour les droits de l'homme, Amal Basha, décrit l'ambiance de quasi guerre civile à Sanaa 31/05/2011 Écouter

    Cinq militaires des forces restées fidèles au président Ali Abdallah Saleh ont été tués et 23 autres blessés ce mardi 31 mai dans l'attentat-suicide à la voiture piégée qui a visé un convoi militaire près de Zinjibar, une ville du sud du Yémen. Le régime Saleh assure que des partisans d'al-Qaïda contrôlent la ville et brandit la menace terroriste. Une dernière carte à jouer pour le président Saleh désormais lâché par la principale confédération tribale. Ce sont en effet les forces tribales et gouvernementales qui se partagent le contrôle du territoire où opère al-Qaïda dans la péninsule arabique, comme l'explique Mathieu Guidère, spécialiste d'al-Qaïda.

    En jouant cette stratégie du chaos, le régime de Sanaa essaie de se positionner comme un rempart contre une éventuelle désagrégation du pays.

    Mathieu Guidère, auteur en 2010 des « Nouveaux terroristes » paru aux éditions Autrement 01/06/2011 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.