GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: affrontements sanglants à Sanaa

    media Manifestation à Sanaa, le 1er juin 2011. La contestation change de nature. De violents combats opposent les partisans du cheikh al-Ahmar, le chef tribal le plus influent au Yémen, aux forces du président Ali Abdallah Saleh. Reuters/A.Awad

    Les affrontements armés entre partisans du président Ali Abdallah Saleh et milices tribales armées se durcissent au Yémen où des heurts sont à nouveau signalés dans la ville de Zinjibar au sud tandis que des combats auraient fait une quarantaine de morts mercredi 1er juin à Sanaa, la capitale, où la contestation a changé de nature.

    Au coeur de Sanaa, la place du changement s'est largement vidée de ses manifestants pacifiques. De sit-in en défilés, ils avaient pourtant fait face à mains nues à près de quatre mois de répression sanglante. Mais avec l'entrée en lice le 23 mai dernier des milices de la principale confédération tribale, la scène politique s'est muée en champ de bataille. La contestation populaire s'est effacée derrière le combat à mort qui oppose désormais le puissant Cheikh Sadek al-Ahmar au président Saleh.

    Ce sont de véritables corps d'armée qui s'affrontent désormais dans les rues de la capitale à coup de canon, entre la résidence de cheikh Amar et le palais présidentiel. Les civils qui le peuvent fuient la ville. Les opposants non armés ne se risquent plus guère dans les rues.

    Lâché par les siens, par sa tribu des Hached et par certains de ses chefs militaires, le président Saleh refuse de quitter le pouvoir. Il tente de retourner à son profit la nouvelle configuration armée du conflit en jouant de la menace terroriste d'al-Qaïda. Une carte à usage externe qu'il agite en particulier autour de la situation de Zinjibar, une ville du Sud où les forces gouvernementales paraissent avoir perdu la partie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.