GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen : blessé, Saleh toujours pas prêt à quitter le pouvoir

    media Manifestation à Sanaa le 3 juin 2011 pour exiger le départ du président Saleh. REUTERS

    Des tirs intermittents résonnent toujours ce samedi 4 juin 2011 dans la capitale yéménite, à Sanaa, où s'affrontent les forces gouvernementales et les partisans d'un puissant chef tribal accusé d'avoir bombardé la veille le palais présidentiel. L'attaque a touché directement le président Saleh et des hauts responsables du régime.

    Témoignage d'un habitant de Sanaa

    Dans le nord c'est calme mais maintenant la guerre est dans le sud de Sanaa

    04/06/2011 Écouter

    Benjamin Wiacek est le rédacteur en chef de « La voix du Yémen » et il se trouve actuellement à Sanaa. Il a répondu aux questions de RFI.

    RFI : La situation est calme aujourd’hui, presque trop calme ?

    Benjamin Wiacek : Effectivement, après les violents bombardements qui ont lieu hier dans différents quartiers de la ville suite à l’attaque contre le palais présidentiel, la nuit et toute la matinée ont été beaucoup plus calmes à Sanaa. Peu d’explosions, peu de fusillades, mais pas d'arrêt complet toutefois. Les bombardements continuent, notamment dans le quartier de Hasaba où habite le cheikh Sadek al-Ahmar. La violence a vraiment diminué fortement. La population est inquiète de ce calme.

    RFI : Qu'est-ce que ce calme apparent peut cacher ?

    Beaucoup redoutent le calme avant la tempête, surtout après l’attaque d’hier. Beaucoup redoutent les représailles que le gouvernement pourrait organiser. Certains redoutent même d’éventuels bombardements aériens sur la capitale. Donc, la situation reste tendue, même si la situation d’un point de vue sécuritaire semble beaucoup plus calme ce matin.

    RFI : Des doutes subsistent également sur l’origine de l’attaque qui a visé hier le palais présidentiel d’Ali Abdallah Saleh...

    Benjamin Wiacek : Oui, le gouvernement accuse directement la famille al-Ahmar avec laquelle les forces de sécurité ont été confrontées dans des affrontements violents depuis bientôt une dizaine de jours.

    Toutefois, de nombreux analystes mettent en doute cette version des faits. Ils précisent que cette attaque nécessitait une certaine logistique, un certain matériel, et des informations précises sur la localisation exacte du président dans l’enceinte du palais présidentiel et que cette attaque n’aurait pu avoir lieu ni être réussie sans l’aide d’au moins certaines personnes de l’entourage du président au sein même du palais.

    Il semblerait donc qu’il y ait au moins une complicité parmi quelqu’un dans l’enceinte du palais, voire que certains membres de l’entourage du président aient pu organiser directement cette attaque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.