GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen : le président Saleh s'accroche au pouvoir

    media Un garde surveille une manifestation d'opposants au président Saleh, le 3 juin 2011 à Sanaa. REUTERS/Ammar Awad

    Le président Saleh est-il toujours au Yémen ? La chaîne Al-Arabia assure que le président yéménite a été hospitalisé en Arabie Saoudite pour y être soigné, au lendemain du bombardement du palais présidentiel. Une information démentie, alors que même blessé, Ali Abdallah Saleh ne semble toujours pas prêt à quitter le pouvoir.

    Plus de six heures après le bombardement du palais présidentiel, six longues heures de flottement et d'incertitude sur le sort du président, les Yéménites ont finalement entendu, vendredi 3 juin, dans la soirée, leur chef d'Etat sur la télévision officielle. La voix d'Ali Abdallah Saleh était de toute évidence éprouvée, le souffle parfois court, mais le ton et les propos restaient vindicatifs. « Nous appelons les forces armées à nettoyer les institutions de l’Etat de ces gangs », a-t-il notamment asséné.

    Le président Saleh accuse le puissant chef de la tribu des Hached d'être responsable de l'attaque et le menace de représailles, au risque de faire sombrer le Yémen dans la guerre civile. Après avoir hésité et longuement tergiversé quant à l’initiative des pays du Golfe avant de finir par la refuser catégoriquement, après avoir joué la carte confessionnelle et tenté de faire peur aux Occidentaux avec la menace d’al-Qaïda, après avoir menacé à plusieurs reprises le peuple yéménite d’une guerre civile, le président Saleh semble toujours préférer l'option du pire à celle de son départ. Il confirme ainsi sa réputation de dirigeant autocrate qui s’accroche au pouvoir, même si cela doit se faire au détriment de la sécurité et de la stabilité du Yémen.

    Je demande l'arrêt des manifestations. La revendication principale était le départ du président Saleh et je vous confirme que le président Saleh m'a dit qu'il voulait partir...

    Abdoulaye Wade, président en exercice de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) 04/06/2011 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.