GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Rami Makhlouf, le cousin « sacrifié » de Bachar el-Assad

    media Rami Makhlouf (DR)

    Visé par des sanctions de l’Union européenne comme 12 autres personnalités syriennes, l’homme d’affaires, cousin germain du président syrien Bachar el-Assad, a annoncé jeudi 16 juin 2011 qu’il quittait les affaires et se lançait dans des projets caritatifs. Un coup de théâtre dans un contexte où la répression syrienne est de plus en plus sanglante. Et où le pouvoir en place semble ne rien vouloir lâcher.

    Le 9 mai 2011, l’Union européenne décide de sanctions contre 13 responsables syriens, en raison de leur participation à la répression en cours en Syrie. Avoirs gelés, interdiction de voyager... L'Union européenne prépare d’ailleurs ce lundi 20 juin le renforcement de ces sanctions contre la Syrie « par des désignations additionnelles ».

    Rami Makhlouf, homme d’affaires dans le domaine du BTP, des télécommunications, des hydrocarbures, des médias ou encore du transport aérien et dont on dit qu’il contrôle à 60% l’économie du pays, figure sur cette liste. Il est le fils de Mohammed Makhlouf, le frère de l’épouse du père de Bachar el-Assad, Hafez el-Assad. Son frère Hafez Makhlouf est à la tête de la direction générale de la sécurité de Damas, son cousin Atef Najib est un ancien directeur de la Sécurité politique à Deraa. Tous deux jouent un rôle important dans la répression des manifestations syriennes.

    Rami Makhlouf, symbole de la corruption pour l'opposition

    Particulièrement détesté par l’opposition syrienne, l’entrepreneur dont les affaires ont connu un véritable essor pendant le règne du clan Assad, a déclaré le 16 juin 2011, vouloir reverser les profits de ses actions Syriatel (principal opérateur de téléphonie mobile dont il détient 40 % du capital), « à des œuvres humanitaires et de charité ainsi qu’à des projets de développement ». Syriatel, depuis le début des soulèvements tente de rallier le peuple à la cause du président Assad par l'envoi de textos à ses abonnés (Voir le carnet de route de la correspondante de RFI en Syrie, Sophie Dumont). 

    L'opérateur est également montré du doigt pour les différentes coupures internet intervenues sur le territoire syrien lors des évènements, et pour le contrôle des messages envoyés par les abonnés.

    Sacrifié par le pouvoir en place, Rami Makhlouf déclarait pourtant en mai dernier dans le New York Times : « Personne ne peut garantir ce qui se produira si quelque chose arrive à ce régime » et expliquait vouloir se battre « jusqu’au bout ». Beaucoup s’interrogent sur la signification d’un tel revirement de situation alors que le pouvoir syrien accentue plus que jamais la répression envers les opposants.

    Un signe de Bachar el-Assad ?

    Dans son troisième discours au peuple syrien ce lundi 20 juin Bachar el-Assad a brandi le risque d'un « effondrement de l'économie syrienne », jugeant nécessaire de lui « redonner confiance ». Décapiter Rami Makhlouf pour redonner confiance dans l’économie syrienne ? Est-ce la stratégie de Bachar el-Assad ?

    Le Trésor américain a , depuis 2008, interdit à ses ressortissants de traiter avec l’homme d’affaires syrien, accusé d’asseoir son pouvoir économique sur le pouvoir du clan Assad. Sur Twitter, depuis cette annonce, les réactions vont bon train. Certains ne croient pas à ce brusque intérêt pour les œuvres caritatives, d’autres y voient le « début de la fin » du clan Assad.
     

    Pour en savoir plus :

    • Syrie, Rami Makhlouf, un cousin pas assez éloigné, un article de Jeune Afrique
    • Un article de Slate sur l’entourage de Bachar el-Assad
    • Le blog sur la plateforme du Monde d’Ignace Levarrier, ancien diplomate
    • Les déclarations de Rami Makhlouf au New York Times en mai 2011
    • Le who’s who syrien, un article du site internet de la BBC
    • Un article d’Owni, sur le contrôle d’Internet par le pouvoir en place et notamment l'explication du rôle joué par Syriatel

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.