GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Taëz : une révolution à mi-chemin au Yémen

    media

    C’est dans la ville de Taëz que la première manifestation contre le régime a eu lieu au Yémen à la mi-janvier 2010. C’est la première ville également à avoir accueilli un sit-in dans le centre. Très vite, cette cité est devenue le symbole de la révolution et a inspiré la capitale Sanaa. Fin mai, pour mettre fin au mouvement de contestation, les forces de l’ordre yéménites ont dispersé par la force un rassemblement organisé dans la ville par les opposants au régime, rasant la plupart des tentes. En moins de deux jours, une cinquantaine de manifestants ont trouvé la mort. En réaction à cette répression, les tribus de la région sont venues prêter mains forte aux jeunes de la révolte, forçant les forces fidèles au Président Saleh à se retirer début juin d’une partie de la ville.

    Avec notre envoyée spéciale à Taëz, Charlotte Velut

    « Avant les tentes des protestataires partaient d’ici jusqu’à tout en haut ». Ahmad, chauffeur de taxi de la ville de Taëz, n’avait pas empruntée cette rue qu'il montre depuis trois mois. Elle était réquisitionnée, comme des dizaines d’autres, par les manifestants opposants au régime.

    Des 5 000 tentes, il n’en reste aujourd’hui qu’une vingtaine, posées au milieu de bâtiments et de carcasses de voitures calcinés. Depuis la descente de l’armée fin mai, le campement antigouvernement a tout d’un champ après la bataille. Une bataille fructueuse puisqu’aujourd’hui une large partie de Taëz n’est plus contrôlée par le gouvernement.

    « Il n y a plus de soldats dans ce quartier, explique Mohamed Ali, un partisan de la révolte. Tout le monde peut faire ce qu’il veut ! Plus personne ne travaille au poste de police ici à Taëz et la moitié de la population supporte les jeunes ».

    Une bataille que les habitants paient encore aujourd’hui. En guise de punition pour leur agitation, un responsable de la région a décrété l’arrêt du ramassage des ordures. Cela dure depuis dix jours, à chaque coin de rue, les poubelles s’amoncèlent. Les habitants commencent à brûlent eux-mêmes les déchets. Un désagrément qui s’ajoute à ceux que connaissent l’ensemble des Yéménites : pénurie de pétrole, inflation et coupure d’électricité de plus de 20h par jour.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.