GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Bahreïn : ouverture du «dialogue national»

    media Manifestation de l'opposition chiite à Manama, le 13 mars 2011. REUTERS/Hamad I Mohammed

    La première réunion censée relancer le processus de réforme politique s'est ouverte ce samedi 2 juillet 2011 à Bahrein, après la vague de contestation populaire du printemps dernier qui s'est soldée par la mort de plus de 30 personnes. Quelques 300 participants représentants la société civile et différents groupes politiques ont pris part à ce dialogue national. Une « mascarade » pour le principal groupe de l'opposition chiite, le Wefaq, qui en signe de bonne volonté à tout de même accepté de prendre part aux discussions.

    La plus grande force de l'opposition, le Wefaq, ne donne aucun crédit à cette réunion censée apporter des solutions et une stabilité politique.

    La très grande majorité des participants seraient en réalité des mouvements politiques proches du gouvernement, parfois même des personnes qui ont participé à la répression contre les manifestants majoritairement chiites. La société civile rassemble quand à elle des représentants d'associations les plus diverses, pas du tout concernées par des réformes politiques.

    D'un autre côté, le Wefaq qui jouit du soutien électoral de plus de 60% des Bahreïniens, n'a que cinq représentants dans ce semblant de dialogue national. Pour ce parti, la libération immédiate de tous les prisonniers politiques devrait être une condition préalable et le minimum envisageable pour la tenue d'un dialogue sain.

    Les 300 représentants divisés en quatre groupes, politique, économique, social et droits de l'homme doivent se réunir de nouveau mardi prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.