GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Pour apaiser la rue égyptienne, le Premier ministre annonce des sanctions contre des policiers

    media

    En Egypte, le gouvernement fait un geste après les manifestations dénonçant l’absence de sanctions contre les policiers accusés d’avoir tué des manifestants pendant le soulèvement contre Hosni Moubarak. Le Premier ministre Essam Charaf annonce que les policiers accusés de meurtres seront limogés et jugés. Il a aussi promis l’accélération des procès. A ce jour, seul un policier a été condamné par contumace.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Le discours du Premier ministre égyptien a été accueilli par des cris des manifestants sur la place Tahrir qui disaient qu’ils ne partiront pas. Et en fait, il a eu une sorte d’effet boomerang puisque ça a ravivé la colère des manifestants qui estiment que le gouvernement cherche à berner par des « mesurettes ».

    Plusieurs représentants de ligues et mouvements révolutionnaires, ainsi que des partis politiques libéraux, se sont réunis sur la place. Ils exigent que les procès contre les anciens caciques du régime et les policiers soient accélérés et publics. Certains veulent même instaurer des tribunaux révolutionnaires.

    Début du bras de fer

    C’est ce que pensent beaucoup d’analystes. Ils estiment que les mouvements révolutionnaires comme par exemple le 6 avril ainsi que les partis politiques nouveaux, comme les Egyptiens libres ou anciens comme le Wafd, veulent rester sur la place Tahrir tant que leurs revendications n’auront pas été exhaussées.

    Des partis qui menacent même de renforcer leur mobilisation. Ils ont évoqué la possibilité de marcher sur le siège du Conseil suprême des forces armées, Conseil qui remplit le rôle de président de la République.

    Mais si les révolutionnaires, les libéraux, sont unis pour s’opposer au gouvernement, les mouvements islamistes eux ont une position beaucoup plus réservée, notamment les Frères musulmans et les révolutionnaires les accusent même d’être les alliés tacites des militaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.