GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Naissance d'un nouveau parti en Syrie

    media Manifestation de femmes à Zabadani en Syrie. REUTERS/Social media website via Reuters TV

    Le Parti démocrate social est le premier parti à être créé depuis la promulgation il y a dix jours d’un décret autorisant le multipartisme. Alors que Damas s'acharne à réprimer la contestation, le Conseil de sécurité des Nations unies tiendra jeudi prochain une réunion spéciale consacrée aux droits de l’homme et à l’urgence humanitaire en Syrie.

    Avec notre envoyé spécial à Damas, Paul Khalifeh

    Des déçus du régime et des indépendants ont uni leurs efforts pour former le premier parti politique depuis la promulgation de la loi sur le multipartisme par le président Bachar el-Assad. Le Parti démocrate social s’est choisi un slogan Liberté-justice-développement. Il a aussi défini ses objectifs : édifier un Etat civil pluraliste, réaliser la justice sociale et sauvegarder l’unité de la Syrie.

    Parmi les fondateurs, il y a un député indépendant, un homme d’affaires et le célèbre journaliste Akram Khouzam, ancien correspondant à Moscou de la chaîne qatarie al-Jazira. Mais il y a surtout l’ancienne rédactrice en chef du quotidien gouvernemental Tishreen. Samira al-Massalma avait été limogée en avril pour avoir accusé les services de sécurité de tirer sur la foule à Deraa, sa région d’origine.

    La loi sur le multipartisme interdit la formation de partis à caractère religieux, ethnique, tribal ou régionaliste. Elle met un terme à l’hégémonie exercée sur la vie politique par le Baas depuis 40 ans. Mais certains opposants estiment qu’elle est insuffisante tant que l’article 8 de la Constitution, instaurant le monopole du Baas, n’aura pas été aboli.

    Par ailleurs, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a appelé la Chine, l'Inde et la Russie à adopter des sanctions économiques contre la Syrie, en leur demandant de cesser leurs investissements.

    « Les sanctions économiques contre un pays déjà isolé depuis des années n'aura aucun effet sur le régime » selon Samir Aïta, économiste et directeur du mensuel Le Monde diplomatique en arabe.

    De nouvelles sanctions risquent d'affaiblir encore un peu plus la population.

    Samir Aïta, économiste et directeur du «Monde diplomatique» en arabe 13/08/2011 Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.