GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Sinaï, zone à risque entre Israël et l'Egypte

    media

    Après la triple attaque qui a visé le sud d'Israël jeudi 18 août 2011, la tension monte dans la région. Israël a accusé son voisin égyptien d'avoir laissé passer les organisateurs de l'attaque d'hier. L'Egypte a démenti et avance avoir renforcé ces derniers jours sa présence dans la région du Sinaï. Le Sinaï est traditionnellement une zone que le Caire a du mal à contrôler. Elle est de fait devenue un point d’entrée pour des terroristes.

    Il y a d'abord une frontière de 260 kilomètres qui sépare l'Egypte d'Israël. Depuis 1979 et la signature d'un accord de paix entre les deux Etats, ceux-ci se sont engagés à ne plus avoir de troupes le long de cette ligne.

    Or, cette présence limitée de l'armée égyptienne a sans doute contribué à faire du Sinaï une zone de non-droit, lieu de tous les trafics, y compris celui des armes à destination de la Bande de Gaza.

    Par ailleurs, fin mai, l’Egypte a également rouvert le point de passage de Rafah. Pour la première fois depuis des années, les habitants de Gaza ont pu entrer et sortir quotidiennement de leur territoire. Et c’est peut-être là l'occasion pour des groupes armés du mouvement islamiste du Hamas d'infiltrer le territoire égyptien et de circuler dans le désert du Sinaï.

    Agitation accrue depuis la révolution

    Enfin, depuis la chute de Hosni Moubarak, l’agitation s’est accrue dans cette région où coexistent des tribus bédouines rebelles et des groupes islamistes qui se revendiquent de l’idéologie d’al-Qaïda. Ces derniers mois des postes de police égyptiens ont été attaqués, tout comme le gazoduc qui alimente l’État hébreu en gaz égyptien.

    Début août, Israël a finalement autorisé l'Egypte à envoyer des renforts près de la frontière. 1 000 policiers et militaires et de nombreux tanks ont été déployés. Trop tard ou trop peu d’effectifs peut-être pour stopper les attaques qui ont visé l’Etat hébreu hier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.