GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Une mosquée incendiée dans le nord d'Israël fait monter la tension entre les communautés

    media Touba Zangaria, dans le nord d'Israël, le 3 octobre 2011. La mosquée incendiée. AFP/ Ancho Gosh/Jinipix

    L'incendie criminel d'une mosquée à Touba Zangaria, en Galilée, dans la nuit de dimanche à lundi, ravive les tensions entre communautés. Les villageois ont manifesté leur colère ce matin, lundi 3 octobre 2011, en brûlant des pneus et bloquant une route. Les auteurs de cet acte de vandalisme n'ont pas encore été identifiés. Toutefois, la méthode des criminels, qui ont laissé des inscriptions, rappelle celle des colons radicaux de Cisjordanie.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

    L’incendie a éclaté en pleine nuit, endommageant sérieusement la mosquée du village de Touba Zangaria. Selon les habitants, les livres de prières du lieu de culte ont été brûlés.

    L’origine criminelle de l’incendie ne fait aucun doute. L’inscription « prix à payer » a été retrouvée sur l’un des murs de la mosquée. Toutefois, pour l'instant, rien ne dit que les incendiaires sont des colons.

    Mais ce qui est sûr c’est que les inconnus qui ont mis le feu à la mosquée partagent les méthodes des colons radicaux de Cisjordanie qui régulièrement s’en prennent à des mosquées palestiniennes ou à des champs d’oliviers au nom de cette fameuse pratique du « prix à payer ». Ces opérations visent à punir la population locale lorsque les colons s’estiment mal traités par leur propre gouvernement ou par l’armée israélienne…

    Le Premier ministre de l’État hébreu a qualifié de « choquant » l’incendie de la mosquée de Touba Zangaria. Un acte qui n’a « pas sa place en Israël », selon Benyamin Netanyahu.

    Palestine, 194e Etat ?

    Sur place des habitants du village en colère ont incendié des pneus et jeté des pierres sur les forces de l’ordre. La police a répliqué par des tirs de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes.

    Parmi les derniers incidents de ce genre, en Cisjordanie occupée, le 9 septembre 2011, des inconnus avaient tagué une mosquée et l'université de Bir Zeit près de Ramallah, en Cisjordanie . Des slogans « mort aux Arabes » et d'autres insultant le prophète Mahomet avaient été écrits en hébreu sur les murs des bâtiments.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.