GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Libération de Gilad Shalit, l'espoir d’une relance des pourparlers de paix?

    media Gilad Shalit (g) et son père Noam sur la base de Tel Nof, le 18 octobre 2011. REUTERS/Ariel Hermoni

    Gilad Shalit, le jeune soldat israélien détenu pendant cinq ans par le Hamas dans la bande de Gaza, est retourné dans son village de Mitzpe Hila, dans le nord d'Israël. En contrepartie, Israël a relâché un premier groupe de 477 détenus palestiniens, accueillis en triomphe à Gaza. Le jeune soldat a souhaité que l’accord d’échange des prisonniers permettant sa libération facilite la paix entre Israéliens et Palestiniens.

    De notre correspondant à Jérusalem

    C’est un très grand évènement. On a attendu ce moment là depuis longtemps.

    Réactions des Israéliens à la libération de Gilad Shalit 19/10/2011 Écouter

    « J’ai accompli ma mission », a dit le chef du gouvernement israélien, immédiatement après avoir accueilli Gilad Shalit sur la base aérienne de Tel Nof, là où le jeune soldat a également retrouvé sa famille.

    C’est sûr qu’avec cette décision, Benyamin Netanyahu contredit tous ceux (et ils sont nombreux) qui l’accusent depuis le début de son mandat de manque de leadership, de « courage politique » en français. On lui a fait ce reproche à propos des négociations israélo-palestiniennes bloquées, on lui a fait ce reproche à propos du mouvement social sans précédent de l’été dernier en Israël.

    Là, Benyamin Netanyahu a accepté de payer le prix : 1 027 Palestiniens libérés dont certains condamnés à de très lourdes peines pour avoir commis des attentats meurtriers. Huit Israéliens sur 10 soutiennent cet échange. 26 ministres sur 30 l’ont approuvé contre seulement 3 lors du vote au sein du gouvernement. L’opinion semble lui donner raison. Il faut dire qu’on touche ici du doigt un point très sensible de la société israélienne où les hommes passent 3 ans à l’armée et les femmes 2 ans. Et tout le monde estime ici que l’Etat doit faire son possible pour ramener les soldats à la maison. En cela, l’échange qui a permis la libération de Gilad Shalit est loin d’être une première.

    Le Hamas s’est replacé sur le devant de la scène

    Du côté des Palestiniens, l'opération remet le Hamas au premier plan, aux dépens de Mahmoud Abbas et de l'Autorité palestinienne. Le Hamas apporte la démonstration par A+B que l’enlèvement de soldats israéliens est un moyen efficace pour libérer des détenus palestiniens. Le mouvement espère un gain politique avec cette opération alors qu’il semblait marginalisé par les démarches de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas à l’ONU.

    Il faut toutefois relativiser ce succès du Hamas. D’abord, il n’a plus de soldat israélien à échanger. Ensuite le Hamas est actuellement dans une position inconfortable : son alliance avec le régime de Bachar el-Assad devient très encombrante pour le mouvement islamiste. C’est peut-être une des raisons qui l’a poussé à faire preuve de souplesse et à accepter la formule de l’échange de prisonniers.

    Espoir d’une relance des négociations de paix

    Les tous premiers mots de Gilad Shalit ont été pour dire son espoir d'une relance des discussions de paix entre Israéliens et Palestiniens. « Je veux croire, que cela va permettre la relance des discussions », entre Israéliens et Palestiniens, a dit Nicolas Sarkozy. Le Premier ministre britannique David Cameron a parlé d’un pas de plus vers la paix.

    Cet échange peut changer l’atmosphère et contribuer à une poursuite de l’allègement du blocus de Gaza et consacrer le rôle d’intermédiaire de l’Egypte de l’après-Moubarak.

    Mais sur le fond, l’équation politique, elle, ne change pas. L’Autorité palestinienne refuse de négocier avec Israël si la colonisation se poursuit. L’Etat hébreu refuse un nouveau gel de la colonisation. L’Autorité palestinienne et le Hamas sont réconciliés sur le papier mais sans avoir pu appliquer leur accord et sans s’être entendus sur le nom d’un Premier ministre.

    Les bus des prisonniers palestiniens sur le parking du terminal de Rafah sont pris d’assaut par les familles. Chacune essayant de localiser ses proches derrière les vitres avant que les portes ne s’ouvrent.

    Retrouvailles au terminal de Rafah 19/10/2011 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.