GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'admission de la Palestine à l'Unesco reçoit des échos divers et contrastés

    media Riyad al-Malki, le ministre des Affaires étrangères palestinien lors de la 36e session de l'Unesco, le 31 octobre 2011. Reuters/Benoit Tessier

    L'admission de la Palestine ce lundi 31 octobre 2011 en tant que membre de l'Unesco a provoqué une vague de réactions positives dans le monde arabe, le mécontentement des Etats-Unis, et des craintes de la part du premier secrétaire de l'ONU Ban Ki-moon, qui s'inquiète de voir Washington couper les subventions, qui représentent 22% du budget de l'Unesco.

    Dans les Territoires palestiniens, les autorités ont suivi le vote de l'Unesco de très près. Celui-ci était d'ailleurs diffusé en direct sur la télévision locale. Notre correspondant Mouhssine Ennaimi a suivi les débats avec elles dans les locaux du ministère des Affaires étrangères. Il a recueilli la réaction spontanée du porte-parole, pour qui ce vote est une victoire symbolique mais aussi politique.

    C'est un signe important pour nous que la majeure partie de la planète... s'est prononcée aujourd'hui pour la justice, pour la victoire de la juste cause du peuple palestinien.(...) Nous attendons maintenant que les Etats-Unis et l'UE fassent pression sur Israël pour mettre fin à l'occupation.

    Hassan Balawi

    Porte-parole de l'Autorité palestinienne

    31/10/2011
    Dans les Territoires Palestiniens, les autorités ont suivi le vote de l'Unesco de très près. Celui-ci était d'ailleurs diffusé en direct sur la télévision locale. Notre correspondant Mouhssine Ennaimi a suivi les débats avec elles dans les locaux du ministère des Affaires étrangères. Il a recueilli la réaction spontanée du porte parole. Pour qui ce vote est une victoire symbolique mais aussi politique.  
    Écouter

    _______________________________________________________________

    Etats-Unis : un vote « prématuré et contreproductif »

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    « Une distraction, un raccourci ». Voilà comment Washington qualifie le vote de ce lundi

    Il y a d'autres façons de promouvoir la cause du peuple palestinien que de chercher à décrocher un statut de membre prématuré auprès de l'Unesco.

    David Killion

    Ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Unesco

    31/10/2011 Écouter

    à l'Unesco. Un vote qui « nous distrait de notre objectif commun de négociations directes », affirme le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

    Un peu plus tôt, l'ambassadeur américain à l'Unesco avait, lui aussi, évoqué d'incontournables négociations directes. « Il n'y a pas d'autre voie », a affirmé David Killion. « Nous ne pouvons pas accepter l'admission prématurée de la Palestine » a jouté le diplomate, pour justifier le vote négatif de Washington, ce lundi.

    En effet, les Etats-Unis n'avaient pas vraiment le choix. Deux lois datant des années 90 interdisent au gouvernement américain de financer une agence de l'ONU qui accepterait la Palestine en tant qu'Etat membre, en l'absence d'un accord de paix préalable avec Israël. Washington avait donc clairement annoncé qu'en cas de vote positif, ce lundi, les Etats-Unis suspendraient leur participation financière à l'Unesco qui représente 22% du budget de l'agence.

    Ce lundi la nouvelle est donc tombée. Le Département d'Etat a annoncé la suspension immédiate de la contribution américaine. « Nous devions verser 60 millions de dollars en novembre. Nous ne le ferons pas », a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine.

    _______________________________________________________________

    La France a voté pour l’adhésion de la Palestine à l’Unesco alors qu'elle s'était abstenue lors du vote au conseil exécutif.

    Nous avons pris nos responsabilités, cela veut dire d’une part que nous avons répondu à la question et que, d’autre part, nous continuons à prier nos partenaires palestiniens de travailler en direction de l’Assemblée générale de Nations unies parce que nous savons très bien qu’aux Nations unies nous allons vers un échec qui est annoncé à partir du moment où l’un des membres permanents a indiqué qu’il voterait contre une reconnaissance de la Palestine aux Nations unies.

    Bernard Valéro

    Porte-parole du ministère français des Affaires étrangères

    31/10/2011 Écouter

    ______________________________________________________________

    Israël : « une manœuvre palestinienne unilatérale qui ne changera rien sur le terrain »

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    Pour le ministère israélien des Affaires étrangères, il s’agit d’une « manœuvre palestinienne unilatérale » qui ne changera rien sur le terrain, mais éloigne davantage la possibilité d’un accord de paix.

    Le Premier ministre israélien parle de « démarche inadmissible » et la réaction la plus forte provient du chef de la diplomatie israélienne. Avigdor Lieberman propose qu’Israël rompe toutes formes de relations avec l’Autorité palestinienne et lui fasse payer le prix fort. Le ministre envisage de couper toutes coopérations avec l’Unesco.

    Israël enregistre donc ce qu’il considère comme un nouvel échec sur le front diplomatique et les reproches vont en premier lieu à l’Unesco, une organisation qui, souligne-t-on, a pour but de promouvoir la science et la culture, et non pas de déterminer qui est apte à obtenir le statut d’Etat. La décision aurait dû être prise par le Conseil de sécurité et par l’Assemblée générale des Nations unies à New York et non pas par cette agence de l’ONU à Paris.

    Critique également à l’égard de l’Autorité palestinienne : « les actions des Palestiniens à l’Unesco nient à la fois les négociations bilatérales et la proposition du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, ONU, Russie et Union Européenne ndlr) de poursuivre le processus diplomatique », souligne un responsable israélien. Et ce que les Israéliens souhaitent à l’heure actuelle, ce sont des négociations discrètes avec les Palestiniens, loin des micros et loin des caméras.

    _______________________________________________________________

    L'Afrique a majoritairement voté en faveur de l'admission de la Palestine

    Le continent africain, qui a toujours soutenu la Palestine, a voté en masse même si certains Etats comme le Togo, le Rwanda, l'Ouganda, le Cameroun, la Côte-d'Ivoire et le Libéria se sont abstenus et que Madagascar, l'Ethiopie et l'Erythrée se sont diplomatiquement absentés.

    Nous souhaitons que l'Etat d'Israël et l'Etat de Palestine vivent en paix. Notre philosophie en Afrique (c'est que) quand deux frères ne s'entendent pas, il faut qu'un troisième, un quatrième, un cinquième frère... leur expliquent ce qu'ils doivent faire et c'est ce qu'a fait l'Unesco...

    L'Afrique a soutenu l'admission de la Palestine à l'ONU

    Moriké Damaro Kamara est le ministre guinéen de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

    01/11/2011 Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.