GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Allemagne: le Parti social-démocrate (SPD) réitère son refus de participer à une nouvelle coalition gouvernementale
    • Au Zimbabwe, l’ultimatum fixé par son parti à Robert Mugabe pour démission a expiré sans réaction de sa part
    • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
    • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
    • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
    • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
    Moyen-Orient

    Le prince Salman, demi-frère du roi Abdallah, nouveau ministre de la Défense en Arabie Saoudite

    media

    Le prince Salman ben Abdelaziz, nommé samedi 5 novembre par le roi Abdallah au poste de ministre de la Défense prend la suite de son frère Sultan, l’ex-prince héritier ministre de la Défense décédé le 22 octobre dernier. Cette nomination, si elle n’est pas une surprise en Arabie Saoudite illustre la volonté du roi de maintenir aux postes de commandement la génération des fils du roi Abdelaziz Ibn Saoud, et de ne pas passer à une génération plus jeune.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    La nomination du prince Salman au poste de ministre de la Défense n’est pas franchement une grande surprise à Riyad. Si le roi Abdallah l’a choisi, c’est parce que son demi-frère, ancien gouverneur de Riyad durant 55 ans, incarne la continuité, le consensus et surtout la stabilité.

    Et dans un contexte régional pour le moins instable et tourmenté au moment où les Américains retirent leur troupe d’Irak et l’Iran joue la provocation dans le Golfe, le souverain saoudien préfère jouer la sécurité et la prudence. Tout en sachant que l’Arabie Saoudite est en train de finaliser le contrat du siècle avec les Etats-Unis. Un contrat d’armement de 60 milliards de dollars.

    C’est la déception en revanche dans les milieux politiques, chez les libéraux en particulier qui espéraient voir un prince de la troisième génération rajeunir une direction décatie et malade. Il faut savoir que le prince Salmane souffre d’une insuffisance cardiaque et qu’il passe pour être un homme à double personnalité. Intellectuel, sympathique certes mais il est asussi attaché aux valeurs religieuses à l’instar de son frère le prince Nayef , futur souverain du royaume.

    Dans l’ordre de succession, le prince Salman devient naturellement le deuxième héritier du trône. Tous deux appartiennent à la très influente famille des Soudaïri, du nom de leur mère qui était la femme favorite du roi Abdelaziz Ibn Saoud, le fondadeur du royaume.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.