GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Polémique en Israël sur a ségrégation des femmes imposée par les ultra-orthodoxes

    media Des juifs ultra-orthodoxes face à la police, le 26 décembre 2011. REUTERS/Oren Nahshon

    La discrimination à l'égard des femmes a dégénéré dans un quartier de la ville de Beit Shemesh, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Jérusalem. L’étincelle : l’histoire d’une petite fille de huit ans, Na'ama Margolese, d'origine américaine, filmée par une chaîne de télévision se faisant insulter et cracher dessus par des extrémistes Haredi (« craignant Dieu ») alors qu'elle se rendait à son école religieuse. Le motif : sa tenue vestimentaire, jugée pas suffisamment « modeste ». La petite fille dit craindre maintenant de se rendre à l'école. Le sujet diffusé vendredi 23 décembre par Channel 2 News a ému les Israéliens de tous bords, et a suscité une grande manifestation, ce mardi 27 décembre 2011, à Beit Shemesh, où 10 000 personnes étaient attendues pour dénoncer ces dérapages et l'inaction des autorités politiques.

    Quelques semaines avant les attaques contre Na'ama Margolese, mi-décembre 2011, Tanya Rosenblit, jeune étudiante de 28 ans, pourtant habillée « modestement », manches et jupe longues et tête couverte d'un foulard, monte dans un bus d'une ligne appartenant à une compagnie ultra-orthodoxe. Contrairement à l'usage qui veut que les femmes s'installent à l'arrière, elle décide de s'asseoir devant, avec les hommes, plus près du chauffeur pour se faire expliquer à quel arrêt elle devait descendre. Les passagers ne l'acceptent pas, lui intiment l'ordre de s'asseoir derrière, elle refuse. Tanya Rosenblit poste des photos et ses commentaires sur un réseau social, estimant qu'en 2011 il est « inconcevable que de telles situations d'intolérance perdurent ».

    Pas de séparation entre l'Eglise et l'Etat

    Le statut personnel est contrôlé par les religieux en Israël, rappelle Rachel Liel, directrice du NIF en Israël (New Israel Fund, association qui promeut l'égalité, la démocratie et la justice). Ce sont en effet des « tribunaux religieux » qui jugent les affaires de statut personnel tels que le mariage, le divorce ou encore la garde d'enfant, et ceci selon la « loi religieuse ». Car en Israël, il n'y a pas de séparation entre l'Eglise et l'Etat. « Il y a parfois des difficultés pour certaines femmes à obtenir le divorce, car le mari doit donner son accord au préalable, explique Rachel Liel. Nous avons bien sûr les mêmes problèmes que dans d’autres pays, comme les différences de salaire entre les hommes et les femmes... Mais en Israël, les problèmes se sont aiguisés au cours des dernières années, et certaines ségrégations qu'on observait sur de petites échelles se produisent maintenant de façon bien plus large ».

    Par exemple, la séparation entre hommes et femmes dans les bus a commencé de façon très localisée, seulement dans certains quartiers ultra-orthodoxes « mais la Cour suprême a déclaré que ce n'était pas si grave », s'écrie Rachel Liel. Nous savons maintenant que cela a essaimé un peu partout, et nous sentons une atmosphère antidémocratique qui permet que ce type de situation se produise, non seulement dans des quartiers ultra-orthodoxes, et pas simplement dans les bus, mais également sur les affiches publicitaires, dans l'armée, au travail... C'est la raison pour laquelle tout le monde est si effrayé, et c'est pourquoi nous avons organisé une grande manifestation pour focaliser notre attention sur ce grave problème ».

    L’usage devient la règle, malgré les nombreuses législations anti-discrimination

    Selon Rachel Liel, les responsables politiques ont « laissé la situation s'envenimer, sans intervenir. Pendant ce temps, les extrémistes orthodoxes ont occupé l'espace et imposé leurs règles qui, pour beaucoup, sont devenues l'usage » : des entrées différentes pour les femmes que pour les hommes à certains supermarchés, à des cabinets médicaux, des bureaux de poste, des files d'attente différentes pour les hommes et pour les femmes aux caisses de certains supermarchés, des femmes parfois interdites d'assister à des obsèques… Et dans l'armée, les commandants ont depuis quelques temps refusé aux femmes soldats le droit de chanter avec les hommes.

    Dans certains quartiers, des panneaux intiment l’ordre aux femmes de changer de trottoir devant les synagogues, ou encore de se vêtir « modestement », c’est-à-dire avec manches et jupe longues et la tête couverte d’un foulard. A Jérusalem, des groupes extrémistes interdisent et arrachent des panneaux publicitaires représentant des femmes. Pourtant,  Israël a ratifié un grand nombre de textes internationaux sur l’égalité des sexes, et son arsenal législatif est en pointe, notamment sur le harcèlement sexuel ou encore le droit du travail, les congés maternité, souligne Rachel Liel. Mais souvent ces lois ne sont pas appliquées ».

    Des partis religieux puissants

    Avital Livny : «qu'on ne devienne pas un autre Iran!»

    de l'ONG «Be Free Israel»

    28/12/2011 - par Tudor Tepeneag Écouter

    Lors de la manifestation organisée ce mardi à Beit Shemesh, de nombreuses formations politiques étaient présentes, des députés et des maires de tous bord s’offusquant des violences orchestrées par les ultra-orthodoxes. Le Premier ministre Benyamin Netanyahu s’est même engagé « à faire cesser les actes de ségrégation et la violence des ultra-orthodoxes à l'encontre des femmes ». Rachel Liel regrette que ces réactions arrivent aussi tardivement : « Ils auraient dû se réveiller bien plus tôt sur ces questions, et montrer bien plus de fermeté à l’encontre de ces actes de discrimination. Cette manifestation n’est qu’un début, nous continuerons nos actions, car cela ne va pas se régler en un jour ».

    C’est un problème dans tout Israël, un problème de petits groupes extrémistes qui essaient de contrôler la vie publique… On est là pour dire à la Knesset, au Premier ministre … d’arrêter cette violence …

    Témoignage d'Eyal Akerman : «on est là pour dénoncer ces pratiques»

    responsable des projets au sein de l'ONG "Be Free Israel" (Yisrael Hofshit), organisatrice du rassemblement

    28/12/2011 - par Véronique Gaymard Écouter

    Le nombre de juifs extrémistes orthodoxes n'est pas très important, quoique croissant (nombre important d’enfants par femme), mais c'est surtout leur poids qui fait leur force. Le religieux est intimement lié à l'Etat, et les partis politiques, aussi larges et démocratiques qu'ils se déclarent, n'hésitent pas à l'heure de former des coalitions, à aller chercher ces petites formations extrémistes pour leur permettre d'acquérir une majorité, notamment au Parlement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.