GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Mahmoud Abbas prendra la tête d’un gouvernement palestinien de réconciliation

    media Mahmoud Abbas (G), le président de l’Autorité palestinienne l’émir du Qatar, cheikh Hamad Ben Khalifa al-Thani, et Khaled Mechaal, (D), le chef du Hamas à Doha, le 6 février 2012. REUTERS/Thaer Ghanaim

    Nouvelle étape du difficile processus de réconciliation des frères ennemis palestiniens. Ce lundi 6 février 2012 au Qatar, le président Mahmoud Abbas et le dirigeant du Hamas, Khaled Mechaal, ont conclu un accord devant permettre la formation d’un gouvernement d’unité. Les deux parties n’ayant pu s’entendre sur le nom d’un Premier ministre, c’est Mahmoud Abbas lui-même qui dirigera le cabinet de réconciliation, dont la composition reste à déterminer.
     

    Réel déblocage ou nouveau faux-semblant ? L’annonce, ce lundi 6 février à Doha, d’un accord censé rapprocher les deux grandes factions palestiniennes intervient neuf mois après le lancement en fanfare au Caire, d’un processus de réconciliation qui, depuis, n’a pas avancé d’un pouce. En mai 2011, la poignée de main échangée par le président Mahmoud Abbas (également dirigeant du Fatah et de l’OLP) et le chef du Bureau politique du Hamas Khaled Mechaal, avait suscité un certain espoir dans les Territoires palestiniens. Mais depuis, la réconciliation n’a pas eu d’effets concrets : les deux camps ne sont pas parvenus à s’entendre sur le nom d’un Premier ministre de consensus, un homme susceptible de diriger un gouvernement de « personnalités indépendantes » chargé de préparer des élections présidentielle et législatives.
    La médiation du Qatar évacue ce point de blocage: c’est Mahmoud Abbas lui-même qui assumera la fonction de Premier Ministre, tout en restant président.

    Quid de Salam Fayyad ?

    Restent des questions : Hamas et Fatah peuvent-ils s’entendre sur une liste de personnalités acceptables par les deux camps ? Salam Fayyad, Premier ministre sortant  (il est très apprécié des Occidentaux mais pas du Hamas qui n’en avait pas voulu pour diriger l’équipe de transition), fera-t-il partie de la nouvelle équipe ? La nouvelle donne politique permettra-t-elle l’organisation d’élections transparentes et simultanées en Cisjordanie et à Gaza (territoire contrôlé par le Hamas depuis juin 2007) ? Enfin, Hamas et Fatah vont-ils annoncer des mesures destinées à restaurer la confiance, telles que la libération des militants détenus en Cisjordanie comme à Gaza ?

    Printemps arabe

    En toile de fond de ce difficile processus de réconciliation, il y a les soubresauts qui agitent actuellement le monde arabe. La chute d’Hosni Moubarak a changé le visage de l’Egypte, autrefois omniprésente dans le processus de paix israélo-palestinien comme dans les efforts de réconciliation Hamas-Fatah mais considérée à l’époque avec beaucoup de méfiance par le Hamas (issu de la mouvance des Frères musulmans égyptiens).

    Le bain de sang en Syrie pose un problème immédiat au Hamas qui a progressivement déserté ses bureaux de Damas et se cherche de nouveaux appuis, voire une nouvelle adresse dans la région   Dans le bouleversement du « printemps arabe », les dirigeants palestiniens de toutes tendances confondues tentent de se repositionner et de maintenir un minimum de crédibilité vis-à-vis de leur peuple. Les efforts de réconciliation s’inscrivent clairement dans ce contexte.

    Reste à savoir jusqu’où les deux rivaux sont prêts à aller pour une réelle réunification, alors que la dernière présidentielle (remportée par Mahmoud Abbas) date de 2005 et les dernières législatives (gagnées par le Hamas), de 2006.

    Israël réagit à l’annonce d'un accord sur la formation d'un gouvernement d’unité palestinien

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

     « Mahmoud Abbas doit choisir entre une alliance avec le Hamas et la paix avec Israël ». La formule est de Benyamin Netanyahu. Le Premier ministre de l’Etat hébreu la prononce à chaque fois que le président palestinien fait un pas vers l’organisation islamiste.

    Benyamin Netanyahu l’a donc répétée ce lundi 6 février 2012 en apprenant que Mahmoud Abbas et le chef du Hamas Khaled Mechaal avaient signé un document censé ouvrir la voie à la formation d’un gouvernement d’unité.

    Le Premier ministre israélien explique que le Hamas prône la destruction d’Israël et qu’il est soutenu par l’Iran. Benyamin Netanyahu note par ailleurs que le mouvement palestinien n’a pas rempli les trois conditions fixées par la communauté internationale pour le considérer comme fréquentable, à savoir : renoncer à la violence, reconnaître
    Israël et aussi les accords passés entre l’Etat hébreu et les Palestiniens. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.