GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël accuse l'Iran d'avoir fomenté les attentats contre ses représentations diplomatiques

    media Les enquêteurs indiens collectent des indices autour de la voiture calcinée de l’ambassade d’Israël qui a explosé à New Delhi, le 13 février 2012. AFP /SAJJAD HUSSAIN

    Deux attentats dans deux pays différents ont visé hier, lundi 13 février 2012 le personnel des ambassades d'Israël. Le premier à New Delhi en Inde, le second à Tbilissi, en Géorgie. L'épouse d'un diplomate de l'ambassade israélienne en Inde a été blessée ainsi que trois autres personnes lors de l'explosion d'une voiture de l'ambassade. Un engin explosif a également été découvert sous la voiture d'un employé de l'ambassade israélienne de Géorgie, sans provoquer de dégâts. Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, accuse l'Iran d'être à l'origine de ces attaques. Des accusations réfutées par Téhéran. Ces attaques interviennent alors que la tension entre la République islamique et l’Etat hébreu est exacerbée.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

    Pour les commentateurs israéliens, il ne fait aucun doute que les attaques d’hier sont le fruit de la collaboration entre Téhéran et son allié libanais du Hezbollah. C’est d’ailleurs un commentaire qui revient dans la presse ce matin : finalement, le Hezbollah libanais n’est pas parvenu en quatre ans à venger réellement l’assassinat le 12 février 2008 de son chef militaire, Imad Mughniyeh. Un assassinat qui à l’époque avait été imputé à Israël, ce que l’Etat hébreu, naturellement, n’avait jamais admis.

    Israël savait que ses ambassades et ses ressortissants à l’étranger étaient et sont toujours des cibles potentielles. Et cela s’inscrit dans un climat de tension exacerbée autour du dossier du nucléaire iranien. Ces dernières semaines, le scénario d’une frappe israélienne sur les installations nucléaires iraniennes a de nouveau suscité beaucoup d’inquiétude, notamment en Europe et aux Etats-Unis.

    La tension entre l’Iran et Israël est aussi due à ces mystérieux coups portés aux projets nucléaires de Téhéran, notamment la mort violente de quatre scientifiques iraniens ces deux dernières années. Le mois dernier, c’est une bombe fixée à une voiture par des motocyclistes qui a coûté la vie à l’un de ces chercheurs nucléaires iraniens. Le même procédé que celui utilisé hier à New Delhi contre une voiture diplomatique israélienne. La méthode est peut-être un message.

    New Delhi ne confirme pas, pour le moment, la thèse israélienne

    Avec notre correspondant à New Delhi, Pierre Prakash

    Un homme non identifié et une moto sans plaque d’immatriculation, voici pour l’instant les seuls indices dont disposent les enquêteurs indiens pour remonter la piste de l’attentat qui a visé hier une diplomate israélienne, en plein centre de New Delhi, à quelques centaines de mètres de la résidence du Premier ministre.

    Selon un témoin, l’explosion de la voiture de Tali Yehoshua-Koren, 42 ans, aurait en effet eu lieu quelques instants après qu’un motard s’est approché de l’arrière du véhicule, lors d’un arrêt à un feu rouge, apparemment pour y accrocher un engin explosif aimanté. Avec si peu d’informations, il est cependant impossible pour l’heure, de confirmer la thèse israélienne selon laquelle l’attaque aurait été perpétrée par l’Iran ou le Hezbollah.

    La police indienne espère cependant que les images des caméras de surveillance des environs permettront d’en savoir plus sur l’identité du motard. Quant à la victime, épouse de l’attaché de défense israélien en Inde, et elle-même employée au service de comptabilité de l’ambassade, elle est toujours dans un état critique, après avoir été opérée de la colonne vertébrale hier soir. Mais selon les médecins, sa vie n’est pas en danger.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.