GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En Egypte, la suite du calendrier électoral se précise

    media

    En Egypte, le premier tour des premières élections présidentielles d'après la chute de Hosni Moubarak a été fixé aux 23 et 24 mars. Le second tour aura lieu le 16 et 17 juin et les résultats seront annoncés le 21 juin a annoncé la Haute commission électorale égyptienne ce mercredi 29 février 2012.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    50 millions d’électeurs, y compris les résidents à l’étranger, seront appelés à choisir le nouveau président. Des élections que le Comité suprême des forces armées, actuellement à la tête de l’exécutif, promet «libres et transparentes». Les candidatures pourront être déposées à partir du 10 mars. Pour être accepté, le candidat devra obtenir le soutien d’au moins 30 députés ou de 30 mille citoyens de 15 des 27 provinces égyptiennes.

    Les candidats déjà en lice

    Plusieurs candidats potentiels ont déjà commencé leur campagne. Parmi les favoris figurent le laïc Amr Moussa, ancien secrétaire général de la Ligue arabe, le salafiste Hazem Abou Ismaïl, et le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, le général Ahmad Chafic.

    Le libéral et prix Nobel Mohamed el-Baradei, ex-directeur de l’Agence pour l’énergie atomique (AIEA), a annoncé qu’il se retirait de la course. Il estime que les conditions nécessaires à de vraies élections libres ne sont pas réunies du fait, notamment, de la présence des militaires au pouvoir. Des militaires, que des informations concordantes disent être en tractations avec la confrérie des Frères musulmans pour «choisir un candidat consensuel». Un candidat qui, s’il est trouvé, deviendra le super favori, les Frères musulmans ayant remporté près de la moitié des suffrages lors des législatives.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.