GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juillet
Samedi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Obama et Netanyahu divergent sur les moyens d'empêcher l'Iran d'acquérir l'arme atomique

    media

    Le président américain Barack Obama s'est entretenu le 5 mars à Washington avec Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien. Le programme nucléaire iranien était au centre de leurs discussions. Les deux  hommes sont d'accord sur un point, celui d'empêcher l'Iran de fabriquer l'arme atomique. En revanche, leurs avis divergent sur les moyens d' y arriver.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Réactions à Jérusalem avec notre correspondant 10/10/2013 - par Nicolas Falez Écouter

    Barack Obama continue de penser qu’il reste par le biais des sanctions une fenêtre d’opportunité pour amener l’Iran à cesser le développement de son programme nucléaire, mais il prévient aussi qu’il n’exclut pas d’autres options si Téhéran ne renonce pas à ses ambitions :

    « Tout en poursuivant nos efforts sur le front diplomatique, nous continuerons de resserrer les sanctions. Ma politique ne sera pas de “ contenir ” l’Iran, mais de l’empêcher d’obtenir des armes nucléaires, et quand je dis que toutes les options sont sur la table, je suis sérieux ».

    Tout en utilisant un langage ferme pour rassurer Israël que les Etats-Unis se portent garant de sa sécurité, le président américain a essayé de convaincre Benyamin Netanyahu de ne pas lancer une attaque préventive, et de laisser aux sanctions le temps de faire leur effet mais pour le Premier ministre israélien la « ligne rouge » est différente :

    « Quand il s’agit de la sécurité d’Israël, Israël a le droit, le droit souverain de prendre ses propres décisions et c’est pourquoi ma responsabilité suprême est qu’Israël reste le maître de son destin ».

    Un droit que ne conteste pas Barack Obama, mais qu’il ne souhaite pas voir l’Etat hébreu l'exercer prématurément. Si les Etats-Unis veulent empêcher les Iraniens de fabriquer une bombe, Benjamin Netanyahu veut agir « avant » qu’ils en aient la capacité.

    Devant le lobby pro-israélien, Benyamin Netanyahu exprime son impatience

    Quelques heures plus tard, devant le Comité américain des affaires publiques d'Israël (AIPAC) (*), qui l'a longuement ovationné, le Premier ministre israélien, dans un réquisitoire mordant contre l’Iran, s’est montré peu disposé à patienter : « On ne doit pas permettre à l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire. Mes amis, Israël a attendu, patiemment attendu, que la communauté internationale résolve le problème. Nous avons attendu que la diplomatie donne des résultats. Nous avons attendu que les sanctions donnent des résultats. Personne ne peut se permettre d’attendre plus longtemps. En tant que Premier ministre d’Israël, je ne laisserai jamais mon peuple vivre dans la crainte de la destruction ».

    Avant son discours, Benyamin Netanyahu avait indiqué qu’il n’avait pas encore pris de décision concernant une éventuelle attaque.

    Prenant la parole avant lui, le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré que si l’Iran commençait à construire une bombe, les Etats-Unis devraient intervenir militairement.
    ___________

    (*) L'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), fondé en 1951 aux Etats-Unis, soutient traditionnellement la droite conservatrice israélienne, incarnée par le Likoud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.