GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Aujourd'hui
Mardi 22 Août
Mercredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Petit remaniement ministériel. L'équipe gouvernementale est ramenée à 38 ministres, contre 40 précédemment. Le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et Alain-Claude Bilie-By-Nze (Communication, porte-parole) sont maintenus. Le ministre des Affaires étrangères, Pacôme Moubelet-Boubeya est remplacé par Noël Nelson Messone, ancien représentant du Gabon auprès des Nations unies. Enfin, Pierre-Claver Maganga Moussavou, ex-candidat à l'élection présidentielle d'août 2016, est nommé à la vice-présidence, et la présidence du Conseil économique et social est attribuée à René N'Demezoo Obiang, ex-directeur de campagne de Jean Ping.

    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Egypte: un médecin militaire relaxé dans une affaire de test de virginité forcé

    media

    Un tribunal militaire a acquitté dimanche 11 mars un médecin conscrit accusé d’avoir pratiqué un test de virginité forcé à une manifestante de la place Tahrir il y a un an. Un verdict sans appel qui a provoqué la colère des organisations féministes et de défense des droits de l’homme. Cette décision a été qualifiée de « désastre » et de « farce » par Samira Ibrahim, la plaignante.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Samira Ibrahim est la seule de seize manifestantes qui ait osé braver les tabous sociaux et porter plainte contre le docteur Ahmed Adel, un jeune conscrit. Des hauts responsables de l’armée avaient reconnu sous condition d’anonymat que des tests de virginité avaient été conduits pour « éviter que les manifestantes ne prétendent avoir été violées par l’armée ». Le Haut conseil des forces armées avait ensuite nié que ces tests aient eu lieu.

    Le procès en cour martiale n’a eu lieu que sous la pression des manifestations et après que la cour administrative ait statué que « les tests de virginités étaient illégaux et portaient atteinte à la dignité de la personne ». Dimanche 11 mars, le tribunal militaire a décidé l’acquittement « faute de preuves et pour témoignages contradictoires ».

    Pour les organisations de défense des droits de l’homme, ce verdict augure de l’acquittement de tous les militaires accusés de violences contre les manifestants. Des violences allant du déshabillage public à la mort sous les roues des blindés. Plusieurs ONG ont annoncé qu’elles poursuivront les hauts responsables de l’armée devant des cours internationales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.