GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    La Syrie frappée par plusieurs attentats alors que la répression se poursuit

    media

    La Syrie a été secouée pour la troisième fois en deux jours par un attentat à la voiture piégée, ce dimanche 18 mars 2012. L’attaque, qui a eu lieu à Alep, une ville située au nord du pays, aurait fait trois morts et 25 blessés selon les autorités. La veille, deux attentats ont coûté la vie à 27 personnes à Damas. L'agence de presse officielle Sana attribue ces explosions à des terroristes. Pour certains analystes, elles pourraient effectivement porter la marque d’al-Qaïda, car des groupes jihadistes se sont infiltrés en Syrie.

    Sur ces trois attentats, nous demandons une mission d’enquête indépendante.
    Haytham Manna Opposant en exil en France, membre d’un groupe d'opposition contre la militarisation du conflit. 10/10/2013 - par Véronique Gaymard Écouter

    Depuis le mois de décembre, plusieurs attentats ont frappé les villes de Damas et d'Alep. Selon les autorités, ils ont été commis par des groupes terroristes financés par l'étranger, une référence directe aux pays comme le Qatar et l'Arabie Saoudite qui ont ouvertement appelé à armer l'opposition. Selon plusieurs analystes, des groupes jihadistes se sont effectivement infiltrés en Syrie depuis l'Irak ou le Liban, et ces attentats pourraient porter leur marque. Certains opposants, eux, pensent qu'il peuvent avoir été orchestrés par le régime lui-même, pour prouver à la communauté internationale et à la mission de l'ONU qu'il y a bien des groupes terroristes et qu'il est le seul à pouvoir les combattre.

    La répression se poursuit

    Ce dimanche, les forces armées syriennes ont mené des opérations militaires et des perquisitions dans plusieurs régions où des manifestations se sont déroulées. Selon le Comité international de la Croix-Rouge, la situation humanitaire se dégrade notamment dans les zones comme Homs, Idleb, Hama et Deraa. Alors qu'il n'a toujours pas obtenu des autorités syriennes un cessez-le-feu de deux heures par jour pour venir en aide aux populations civiles, le président du CICR Jakob Kellenberger se rend à Moscou où il doit rencontrer ce lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en espérant que la Russie, alliée traditionnelle de la Syrie, pourra faire changer la position du régime de Bachar el-Assad.

    Par ailleurs, des experts mandatés par Kofi Annan devraient dans le même temps arriver à Damas. Ils doivent négocier une mission d'observation pour mettre fin aux violences en Syrie.

    La Croix-Rouge en Russie pour défense une trêve quotidienne

    Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

    C’est une démarche pressante qu’entreprend ce lundi le président du comité internationale de la Croix-Rouge à Moscou. Jakob Kellenberger entend relancer l’idée d’une trêve quotidienne de deux heures afin d’évacuer les blessés et d’acheminer de l’aide humanitaire. Le CICR avait, voici plusieurs semaines, réclamé une telle interruption des combats. Une requête restée jusqu’ici sans lendemain.

    Il est grand temps pour la Croix-Rouge de remettre cette proposition sur le tapis tant la situation reste difficile dans plusieurs régions touchées par les combats. Le patron de la Croix-Rouge internationale s’entretiendra avec Serguei Lavrov qu’il veut convaincre de la nécessité d’un engagement sans ambiguïté de la Russie en faveur de la trêve humanitaire. Le CICR s’entremet auprès de toutes les parties pour que soit mis fin aux combats.

    Jakob Kellenberger s’est rendu à deux reprises à Damas pour y rencontrer Bachar el-Assad et entretient un dialogue régulier avec les membres de l’opposition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.