GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En Syrie, Homs, coupée du monde, reste sous un déluge de feu

    media

    Longtemps épicentre de la contestation du régime de Bachar el-Assad, la ville de Homs reste, malgré la reprise par l’armée nationale du quartier de Baba Amr, la place forte de l’Armée syrienne libre, toujours bombardée et assiégée. La ville est coupée du monde et les informations sur les événements sont difficiles à obtenir. Selon la rébellion, un village au nord de Homs serait actuellement la cible des troupes gouvernementales.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Après l’assaut contre le quartier de Baba Amr, véritable quartier général de la rébellion, on aurait pu croire que le calme était revenu dans la ville de Homs. La ville est coupée du reste du monde depuis début février, privée de communication avec l’extérieur.

    Mais ce vendredi matin, un habitant joint grâce à une communication satellite, raconte que l’armée du régime continue de pilonner la ville. Il habite aux abords du quartier de Khalidiye, sur lequel l’armée concentre ses attaques. « La situation est bien pire qu’auparavant. Les bombardements aujourd’hui sont d’une intensité incroyable, cela tombe partout. Ils utilisent toute sorte d’artillerie, la plupart du temps des chars modèle T72, mais aussi souvent des roquettes », rapporte-t-il.

    En tout cas, dans le centre de Homs, les quartiers connus pour leur adversité au régime de Bachar el-Assad sont de plus en plus isolés, avec de moins en moins de soldats rebelles pour les protéger. « Il y a beaucoup de victimes, beaucoup de blessés, mais nous n’avons pas le temps, pas de moyens, pas d’endroit où soigner ces blessés, déplore encore ce témoin joint par téléphone. Aussi, la principale préoccupation des soldats de l’Armée syrienne libre est de faire diversion, d’essayer d’éloigner le feu des soldats du régime pour évacuer les blessés des rues, des zones bombardées et détruites pour les soigner, ou au moins enterrer ceux qui sont morts ».

    Selon Lama Atassi, porte-parole de l’Armée syrienne libre, le village d’Al Exer au nord de Homs est désormais la nouvelle cible des forces gouvernementales. Ce n’est pas un hasard. « Le bataillon al-Farouk, qui avait résisté longtemps à Baba Amr, est originaire d’Al Exer. On liquide », explique Lama Atassi. Aucun bilan n’est encore connu à Al Exer, mais la porte-parole de l’ASL craint un massacre comparable à la bataille de Baba Amr.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.