Des pays occidentaux disent vouloir augmenter leur aide financière à l'opposition non armée en Syrie - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Radio foot internationale
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Radio foot internationale
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Sessions d'information
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Sessions d'information
  12. 16:40 TU Accents d'Europe
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU Décryptage
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU Débat du jour
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU Grand reportage
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU La bande passante
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU La bande passante
  25. 20:00 TU Journal
  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Radio foot internationale
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Radio foot internationale
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Sessions d'information
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Sessions d'information
  12. 16:40 TU Accents d'Europe
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU La bande passante
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU La bande passante
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU Grand reportage
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU Décryptage
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU Débat du jour
  25. 20:00 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Bachar el-Assad France Ligue Arabe Royaume-Uni Syrie

Des pays occidentaux disent vouloir augmenter leur aide financière à l'opposition non armée en Syrie

media Manifestation contre Bachar el-Assad à Amman, en Jordanie, le 30 mars 2012. REUTERS/Ali Jarekji

Les violences se sont poursuivies vendredi 30 mars 2012, jour de manifestations en Syrie. Les manifestants ont dénoncé l'inaction des pays arabes, au lendemain du sommet de la Ligue arabe en Irak, où les participants ont préféré privilégier un appel au dialogue entre le régime et l'opposition plutôt que de réclamer le départ de Bachar el-Assad. De leur côté, certaines puissances occidentales, qui ne veulent pas d'une intervention militaire en Syrie, annoncent vouloir augmenter leur aide financière à l'opposition non armée.

Le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague l'a annoncé jeudi 30 mars : la Grande-Bretagne accordera 500 000 livres sterling de plus à l'opposition non armée en Syrie, en plus du demi-million qu'il a avait déjà promis.

Selon lui, cet argent devrait aider les groupes d'opposition et de la société civile à documenter les violations et les aider à construire un futur démocratique pour la Syrie. Pour Salam Kawakibi, directeur par intérim du centre de recherche « Initiative arabe de réforme », ce ne sont là encore que des annonces. Mais les besoins sont multiples.

« Même quand on parle de l'aide non militaire, on reste dans les discours, explique Salam Kawakibi. Par contre, il s'agit à mon avis de l'aide plutôt humanitaire, de matériel de communication. Ce que beaucoup de jeunes des coordinations demandent depuis bientôt un an, c'est de les aider à mieux couvrir les événements, diffuser les images, avoir accès à internet sans passer par les réseaux locaux. Les moyens qu'ils utilisent, c'est surtout de provenance d'hommes d'affaires syriens, que ce soit à l'intérieur ou que ce soit dans la diaspora ».

La France avait aussi annoncé début mars qu'elle augmentait de 1 à 2 millions d'euros son aide financière à l'opposition non armée. Il s'agirait essentiellement d'aide humanitaire, de matériel médical. La question de l'aide aux groupes d'opposition devrait d'ailleurs être évoquée lors de la réunion des « Amis de la Syrie » ce dimanche à Istanbul.

Le 30 mars restera comme un nouveau vendredi noir en Syrie. Le régime a mené une série d'opérations militaires contre les villes de l'opposition. Après la prière, des quartiers de Homs ont été bombardés et des maisons incendiées dans la ville d'Idleb.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.