GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien : un ton plus apaisé du côté des officiels en Israël

    media Le Premier ministre Benyamin Netanyahu (C) et le chef d'état-major Benny Gantz (à gauche, béret rouge) au cimetière militaire du Mont Herzl, Jérusalem, le 25 avril 2012. REUTERS/Lior Mizrahi

    Israël célèbre depuis ce mercredi 25 avril 2012 au soir le 64ème anniversaire de son indépendance. Une fête nationale précédée, comme chaque année, de la Journée du souvenir en mémoire des victimes des guerres et des attentats. La plupart des dirigeants israéliens ont donné de longues interviews à la presse pour l'occasion. Concernant le programme nucléaire iranien, le ministre de la Défense, Ehud Barak, et le chef d’état-major Benny Gantz, ont eu des mots moins alarmistes que ceux tenus par les dirigeants israéliens ces dernier mois.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

    «L’Iran n’a pas encore décidé de produire la bombe atomique». Une déclaration du ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, ce mercredi, sur les ondes de la radio publique de son pays. Au même moment, dans une longue interview au journal Haaretz, le chef d’état-major israélien Benny Gantz estime que le Guide suprême de la République islamique «ne voudra pas franchir le pas supplémentaire» qui permettrait à Téhéran de se doter de la bombe.

    Des propos qui tranchent avec le discours qui domine depuis plusieurs mois parmi les dirigeants israéliens. On ne compte plus les déclarations alarmistes qui alimentent la thèse d’une future frappe israélienne contre les installations nucléaires de l’Iran. «Je ne laisserai jamais mon peuple vivre sous la menace d’un anéantissement» déclarait ainsi le Premier ministre Benyamin Netanyahou le mois dernier, établissant un lien entre le génocide des juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale et la menace que représentent selon lui les progrès nucléaires l’Iran.

    Qu’ils soufflent le chaud ou le froid, les dirigeants politiques et militaires de l’Etat hébreu estiment que les prochains mois selon déterminants. Tous disent espérer que les sanctions vont amener Téhéran à accepter un compromis. Mais le chef d’état-major israélien ne s’en cache pas : «l’option militaire est la plus crédible, affirme Benny Gantz, qui ajoute, c’est mon travail en tant que militaire de la préparer

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.