GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Jérusalem, une «marche des salopes» pour revendiquer la liberté de se vêtir légèrement

    media

    On appelle ça les « Slut walks », et que l’on pourrait traduire par « marches des salopes ». Ce sont des manifestations de femmes qui revendiquent le droit de se vêtir comme elles le souhaitent et refusent l’idée selon laquelle une tenue légère pourrait être le déclencheur d’un viol, d’une agression ou d’une insulte. Le mouvement est apparu l’année dernière au Canada. Et de nombreuses villes du monde ont connu leur « Slut walk ». Ce vendredi 4  mai, plusieurs dizaines de femmes ont ainsi défilé à Jérusalem.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

    « Non c’est non et c’est oui, seulement quand je dis oui », scandent les manifestantes. Shorts très courts, minijupes, décolletés plongeants ou chemisiers noués au dessus du nombril, elles défilent dans le centre-ville de Jérusalem avec ce message très clair que formule Bat, une trentenaire à la longue chevelure brune : « Je crois que c’est important de rappeler à tout le monde que le corps des femmes leur appartient. Et que la façon dont elles s’habillent n’est jamais une invitation au viol, à l’agression ou à quoi que ce soit. C’est juste un moyen d’expression ».

    Dans la petite troupe, il y a aussi quelques garçons solidaires. Le cortège attire les regards. Il faut dire qu’on est à Jérusalem où vit une importante communauté juive ultra-orthodoxe et dont certains membres stigmatisent parfois les femmes qu’ils jugent vétues de façon indécentes.

    Inacceptable pour Karen, l’une des manifestantes : « Ça nous donne l’impression qu’on doit constamment s’excuser d’être ce que nous sommes. Cela me met en colère et le résultat, c’est que plus personne ne veut vivre ici. A moins de changer quelque chose, dans l’avenir cette ville appartiendra exclusivement aux ultra-religieux ».

    Dans le cortège, il y a aussi cette jeune femme blonde dont la tenue n’a rien de choquant et qui porte une pancarte sur laquelle on peut lire : « J'étais habillée comme ça le jour où vous m’avez jeté des pierres ».

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.