GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 11 Août
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Aujourd'hui
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: la vie reprend à Tripoli après les heurts entre partisans et opposants au régime syrien

    media

    Après trois jours de violences entre pro et anti-régime syrien qui ont fait neuf victimes et des dizaines de blessés, la vie a repris timidement à Tripoli. Cette grande ville du nord du Liban est régulièrement le théâtre d’affrontements entre sunnites du quartier de Bab el-Tebbaneh et alaouites de Jabal Mohsen. Depuis plus d’un an, elle est en première ligne pour faire face à la crise qui secoue le pays voisin.

    Avec notre envoyée spéciale à Tripoli, Perrine Mouterde

    Des cadavres de voitures, des façades d’immeuble criblées d’impacts de balles, des vitres qui ont volé en éclat, des bâches tendues entre les immeubles pour se protéger des tirs de snipers, des magasins et des écoles restées fermées. Les traces des violents combats qui ont opposé des alaouites, partisans du président Bachar el-Assad, et des sunnites, soutiens de l’opposition syrienne, étaient encore bien visibles dans les quartiers de Jabal Mohsen et de Bab el-Tebbaneh.

    Ces deux quartiers sont pauvres et négligés par les autorités. L’armée s’est finalement déployée dans la nuit le long de la route qui les sépare, ramenant un calme précaire. Des familles en ont profité pour commencer à rentrer chez elles. Au cours des derniers jours, elles ont été se réfugier dans d’autres quartiers de Tripoli ou dans des villes avoisinantes.

    Des dizaines d’islamistes continuent de leur côté à occuper l’une des places principales de Tripoli. Ils réclament la libération de l’un des leurs, arrêtés samedi pour contact avec une organisation terroriste. Les manifestants assurent que son seul crime est d’être venu en aide aux réfugiés syriens, très nombreux dans la région. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.