GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Trois pays du Golfe invitent leurs ressortissants à éviter le Liban, Beyrouth s'indigne

    media Tripoli, 15 mai 2012. L'armée libanaise est parvenue à se déployer pour assurer la sécurité dans les rues de la seconde ville du pays, après les violents affrontements ayant causé la mort d'une dizaine de personnes. REUTERS/Mohamed Azakir

    Trois pays appellent leurs ressortissants à éviter de se rendre au Liban : les Emirats arabes unis, le Qatar et le Bahreïn. Les autorités évoquent des raisons de sécurité, après les violences qui sont survenues récemment dans le Nord, violences liées au conflit en Syrie. Mais selon les autorités libannaises, cette décision ne se justifie pas du tout.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Beyrouth a mobilisé sa diplomatie après les appels du Qatar, des Emirats arabes unis et de Bahreïn à leurs ressortissants, sommés d'éviter de se rendre au Liban. Le ministre des Affaires étrangères Atlam Mansour a été dépêché d’urgence à Manama pour convaincre l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa al-Thani de revenir sur sa décision.

    Dans le même temps, le Liban a libéré, samedi 19 mai, un ressortissant qatari, arrêté dans le cadre d’une enquête sur des liens présumés avec une organisation terroriste.

    C’est sans doute l’arrestation de cet homme, présenté comme le financier d’un groupe extrémiste, qui a poussé les trois pays du Golfe à imposer des restrictions à leurs ressortissants.

    Le Premier ministre libanais a qualifié d’« injustifiée » sa décision, soulignant que la situation sécuritaire au Liban est stable, et que les problèmes ont été résolus. Nagib Mikati fait allusion aux combats qui ont secoué pendant quatre jours sa ville natale de Tripoli dans le nord du Liban.

    C’est justement l’arrestation d’un militant islamiste, qui aurait comme complice le ressortissant qatari, qui a déclenché ces combats. Des affrontements qui ont fait une dizaine de morts et plus de 130 blessés.

    La décision des trois pays risque d‘affecter la saison touristique, qui représente près de 15 % du PIB libanais. Plus de la moitié des touristes viennent des pays du Golfe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.