GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Burhan Ghalioun démissionne de son poste de président du Conseil national syrien

    media

    En Syrie, l'opposition se cherche un nouveau chef. Burhan Ghalioun a démissionné de son poste de président du Conseil national syrien, la principale coalition d'opposition à Bachar el-Assad. Le bureau du CNS a accepté son départ mais lui a demandé de poursuivre sa tâche jusqu'à l'élection de son successeur le mois prochain.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le président du Conseil national syrien a été contesté au lendemain de sa réélection le 15 mai, pour un nouveau mandat de trois mois, bien qu’il ait obtenu 66% des suffrages du corps électoral.

    Ses détracteurs au sein de la principale coalition de l’opposition syrienne retiennent contre lui un grand nombre de griefs : défaillance au niveau du leadership, incapacité à unifier l’opposition, échec à transformer le CNS en institution démocratique. C’est en tout cas ce que lui reproche Yassef Tabara, un membre du Conseil national, dans une interview à la presse libanaise.

    Mais au-delà de ces considérations de procédure, les critiques portent sur des questions politiques de fond. Burhan Ghalioun est accusé par un grand nombre de membres du CNS de n’être qu’une façade des Frères musulmans, malgré ses affinités de gauche et nationalistes arabes.

    Il lui est également reproché de marginaliser les comités de coordination, regroupant les militants qui animent la contestation sur le terrain en Syrie. Enfin, les Kurdes le soupçonnent de passivité face à l’influence grandissante de la Turquie au sein du CNS.

    Avec un Etat en décomposition, un régime affaibli et une opposition divisée, il est clair que le rêve d’une Syrie stable et pacifiée est encore lointain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.