GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Tous trois sont récompensés pour leurs travaux sur «l’allègement de la pauvreté globale», informe le comité Nobel ce lundi. «En deux décennies, leur approche basée sur les expérimentations ont transformé l’économie du développement, qui est maintenant un champs de recherche florissant», explique l’Académie royale des sciences suédoise.

    Moyen-Orient

    Syrie: Paris et Londres souhaitent davantage de pressions sur le président Bachar el-Assad

    media Le président syrien Bachar el-Assad. Osman Orsal/Reuters

    Les derniers jours particulièrement meurtriers en Syrie ont suscité une vague de condamnations internationales. Des concertations tous azimuts ont été lancées pour trouver une solution à la crise. Pour Paris et Londres, la solution passe par davantage de pressions sur Bachar el-Assad. Le président François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron ont également confirmé la tenue à Paris de la prochaine conférence des « Amis du peuple syrien », sans toutefois en préciser la date.

    Le massacre de Houla, dans lequel 108 personnes sont mortes dont une cinquantaine d'enfants, a clairement fait bouger les lignes. Y compris Moscou, l'allié traditionnel de la Syrie, indique ce lundi 28 mai soutenir le plan Annan et pas le régime syrien. Bachar el-Assad, qui nie toujours son implication, semble donc être de plus en plus isolé. Et la position de Paris et de Londres ne fait que confirmer cette hypothèse.

    Dans un entretien téléphonique, le président François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron ont souligné l'importance d'une plus grande pression de la communauté internationale sur Bachar el-Assad afin de mettre un terme à la répression. Et pour la présidence française, qui dénonce une « folie meurtrière », le régime de Damas est « une menace pour la sécurité régionale et ses responsables devront répondre de leurs actes ».

    En attendant, la France et la Grande-Bretagne confirment, pour une date encore indéterminée, la réunion à Paris du groupe des « Amis du peuple syrien ». Cette réunion, qui regroupe une soixantaine de pays, a justement pour objectif de renforcer la pression sur le régime syrien. Le sujet sera d'ailleurs probablement au menu des discussions vendredi prochain à l'Elysée entre François Hollande et son homologue russe, Vladimir Poutine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.