GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: nouvelle flambée de violences entre pro et anti-Bachar el-Assad à Tripoli

    media De la fumée issue des affrontements entre partisans et opposant à Bachar el-Assad s'élève dans le ciel de Tripoli, ce 2 juin 2012. REUTERS/Omar Ibrahim

    La crise en Syrie a des répercussions au Liban voisin. Dix personnes ont été tuées et une trentaine blessées, ce samedi 2 juin 2012, dans des affrontements entre partisans et opposants au régime de Bachar el-Assad. Cela s'est passé dans la principale ville du nord du pays, à Tripoli.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Les affrontements se poursuivent par intermittence depuis près de 24 heures à Tripoli, la deuxième ville du Liban, entre partisans et opposants au président syrien Bachar el-Assad.

    En fin d’après-midi, les combats ont redoublé d’intensité entre les quartiers sunnites de Bab el-Tebbaneh et alaouites de Jabal Mohsen. Les accrochages se déroulent aux mitrailleuses, aux grenades et aux roquettes antichars dans des labyrinthes de ruelles étroites.

    Les civils, premières victimes de ce conflit, commencent à fuir la région, emportant avec eux quelques bagages vers des lieux plus sûrs.

    Mais les combats se sont étendus à de nouveaux quartiers, tandis que les snipers postés sur les toits paralysaient une grande partie de la ville.

    Les forces de sécurité ont annoncé un énième redéploiement pour séparer les belligérants mais personne n’y croit. Surtout depuis que l’armée, accusée par les anti-Syriens de recevoir ses ordres de Bachar el-Assad, ne jouit plus d’une couverture politique nationale.

    Cette nouvelle flambée de violences montre que le Liban, rattrapé par la crise syrienne, est en train de perdre petit à petit son immunité. Elle intervient dix jours avant la reprise du dialogue national à l’appel du président de la République. En réunissant tout le monde au palais présidentiel le 11 juin, Michel Sleiman espère empêcher un embrasement généralisé que certains estiment inéluctable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.