GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    • Abandon des poursuites contre l'acteur américain Kevin Spacey dans le Massachusetts
    Moyen-Orient

    Le Qatar demande la mise en place d'un calendrier pour faire appliquer le plan Annan sur la Syrie

    media L'émissaire international Kofi Annan, présent lors de la réunion de la Ligue arabe sur la Syrie à Doha au Qatar, le samedi 2 juin 2012. REUTERS/Stringer

    La Ligue arabe était réunie samedi 2 juin 2012 à Doha, en présence de l'émissaire international Kofi Annan. Le Premier ministre du Qatar, Cheikh Hamad bin Jassem bin Jabor Al-Thani, a souhaité placer le plan Annan sur la Syrie sous le chapitre VII de la charte des Nations unies qui prévoit le recours à la force. La question syrienne devrait également dominer le sommet UE-Russie à Saint-Pétersbourg ce dimanche et lundi.

    Avec notre correspondante à Doha, Laxmi Lota

    Cheikh Hamad bin Jassem bin Jabor Al-Thani a dit regretter que le régime de Bachar el-Assad n'ait appliqué ni le premier point du plan Annan, ni aucun autre. « Nous avons perdu confiance », a-t-il déclaré concernant la relation Syrie-Kofi Annan.

    Ce chapitre VII des Nations unies, proposé par les ministres de la Ligue arabe, prévoit des actions en cas de menaces contre la paix.

    D'abord, selon l'article 41, le Conseil de sécurité peut décider de mesures n'impliquant pas l'emploi de la force armée. Par exemple, l'interruption des relations économiques, mais aussi des communications ferroviaires, maritimes ou encore aériennes.

    Le Conseil de sécurité peut aussi directement appliquer l'article 42 : recourir à des démonstrations de force pour le rétablissement de la paix. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi, a cependant précisé : « Nous n'avons demandé aucune action militaire. C'est au Conseil de sécurité de décider ».

    Sommet UE-Russie sur fond de crise syrienne

    Le programme nucléaire de l'Iran, la question des droits de l'homme tout comme les échanges commerciaux et des projets énergétiques seront au menu du sommet Russie-UE ce dimanche et lundi à Saint-Pétersbourg. Mais la question qui risque de dominer les débats entre le président russe Vladimir Poutine, le président du Conseil européen Hermann van Rompuy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso est celle du conflit armé en Syrie.

    Le président du Conseil, Herman van Rompuy et le président de la Commission, José Manuel Barroso, auront une mission difficile à Saint-Petersbourg : convaincre Vladimir Poutine de rejoindre l'alliance occidentale contre le régime syrien de Bachar el-Assad.

    Difficile, car jusqu'ici, le président Vladimir Poutine semble peu enclin à mettre fin à son soutien indéfectible à Damas. Ses visites, ce vendredi d'abord à Berlin, et ensuite à Paris, n'ont laissé que peu d'espoir que Moscou puisse lâcher l'ami syrien. Si chacun estime qu'il faut favoriser une solution politique pour arrêter les violences - la Russie, elle, ne cesse de répéter qu'il est impossible de résoudre la crise par la force.

    Avant son départ pour Saint-Pétersbourg, Hermann van Rompuy a fixé la marche à suivre : « l'Union européenne continuera à adopter des mesures restrictives tant que se poursuivra la répression », a-t-il souligné dans un entretien publié par le quotidien russe Kommersant. Une position qui risque de tomber dans les oreilles d'un sourd lors du sommet. Jusqu'à présent, la Russie a toujours mise en doute l'efficacité des sanctions.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.