GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Bahreïn, des manifestants réclament plus de démocratie

    media A l'ouest de Manama vendredi 8 juin, des manifestants brandissent le drapeau national durant des affrontements avec les forces de l'ordre. REUTERS/Hamad I Mohammed

    Une manifestation importante s'est tenue, vendredi 8 juin à Bahreïn. Environ 5 000 personnes ont défilé en fin d’après-midi pour demander plus de démocratie. L’opposition et le Mouvement du 14-Février avaient appelé à manifester sur l'avenue Boudaiya pour demander des réformes politiques. Mais après près d’un an et demi de contestation, l’opposition montre des signes de divisions. Les deux groupes ont manifesté séparément et ne demandaient pas les mêmes réformes.

    Avec notre correspondante à Manama, Angélique Ferat

    Les partis d’opposition ont un discours bien rodé. Ils veulent un Parlement élu dans sa totalité et un Premier ministre choisi par les députés. Actuellement, le roi nomme le Premier ministre, et choisit la moitié du Parlement. L’audience est composée de petits notables ou de fidèles au mouvement Wefaq, le parti islamiste.

    A quelques centaines de mètres, beaucoup plus nombreux, des milliers de jeunes, de lycéens, d’étudiants, de femmes, de chômeurs, sont venus de tous les villages alentours dénoncer la pauvreté et l’injustice sociale.
    Eux, ils crient « dehors Ahmad, dehors le roi ». « On en a assez de parler de sunnites et de chiites. On veut que le roi parte, c'est notre demande maintenant. On parle de révolution ici. Nous, on n’attend pas un poste de ministre. A quelques centaines de mètres, poursuivent ces manifestants, à Sanabes, la police tire avec des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène sur nous. Le Wefaq a sa petite stratégie et manifeste tranquillement, nous on demande le départ du roi et on nous tire dessus. Ça c’est Bahreïn ».

    Le gouvernement a promis en début de semaine la relance du dialogue. Mais rien n’a été mis sur la table. Le ministre de l’Intérieur a déclaré que les manifestations devaient avant tout stopper leur mouvement. La plupart des chefs des partis d’opposition ont été arrêtés l’année dernière et condamnés à de lourdes peines.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.