GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Face au conflit syrien, le Liban veut renforcer sa sécurité

    media Une petite fille syrienne soignée dans un hôpital de Tripoli au Liban. REUTERS/Omar Ibrahim

    Le Liban a libéré, mercredi 11 juillet, un dissident syrien qui avait été arrêté le week-end dernier. Cette interpellation est le signe que le Liban souhaite renforcer sa sécurité face au conflit syrien en contrôlant mieux ses frontières. Le pays a également annoncé qu'il suspendait son aide médicale aux réfugiés syriens. De nombreux blessés, venus de Homs par exemple, cherchent à se faire soigner dans le nord du pays.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    L’arrestation des dissidents syriens par les autorités libanaises n’est pas une pratique courante. Ces opposants sont très présents au Liban et disposent d’une liberté d’action qui fait grincer des dents les partisans de Bachar el-Assad.

    Selon les services de sécurité libanais, Zakaria Moutlaq n’a pas été arrêté pendant trois jours pour ses activités d'opposant au régime de Damas, mais pour des faits liés à la sécurité nationale libanaise. Ce qui apparaît être un concept assez élastique.

    Quoi qu’il en soit, cette interpellation coïncide avec un durcissement de l’attitude du gouvernement libanais, après la multiplication des accrochages entre l’armée syrienne et les rebelles armés, dans les régions frontalières au nord et à l’est.

    Les insurgés syriens utilisent cette zone comme base arrière pour lancer des attaques contre les troupes loyales à Bachar el-Assad. Et celle-ci n’hésite plus à tirer des obus et à faire des incursions en territoire libanais.

    Pour empêcher des débordements incontrolables, le gouvernement a décidé de déployer à la frontière 5 000 soldats, chargés d’empêcher le trafic d’armes et le passage de combattants.

    Autre signe du durcissement, l’annonce par le Haut comité de secours libanais, qu'il ne financerait plus le traitement des blessés syriens dans les hôpitaux du pays. Presque un millier de civils ou de combattants syriens ont été soignés au Liban ces derniers mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.