GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Beyrouth et sur la plaine de la Bekaa, les exilés syriens attendent la fin de l'orage

    media Un homme et un bébé passe la frontière entre la Syrie et le Liban à al-Masnaa, le 20 juillet 2012. REUTERS/Mohamed Azakir

    Alors que les combats se poursuivent à Damas, des familles ont fui les violences. Plusieurs milliers de Syriens ont franchi la frontière libanaise et sont restés sur la plaine de la Bekaa. Ceux qui ont plus de moyens ont préféré aller jusqu’à Beyrouth, où ils séjournent en attendant que la situation se calme.

    Avec notre envoyée spéciale à Beyrouth,Véronique Gaymard

    Ashraf a quitté Damas précipitamment avec sa femme et leurs trois enfants il y a trois jours, à cause de l’intensité des bombardements. Ils ont fui le quartier chic de Mazé en voiture et se sont installés dans un hôtel quatre étoiles à Beyrouth.

    « Les deux dernières nuits, on n’a pas dormi à cause des bombardements, confie le Syrien. C’étaient des roquettes, des bombes, des balles, on entendait toutes sortes d’armes. On attend de voir ce qu'il va se passer dans les prochains jours. On va voir si on retourne en Syrie ou si on reste un peu plus longtemps ici, jusqu’à ce que ça se calme. »

    Lorsqu’on demande à ces Syriens exilés ce qu’ils pensent de la situation, ils ne font pas de commentaire sur les forces en présence. Seulement sur la violence. « Des gens que nous connaissons nous ont dit qu’à cause des bombardements, des immeubles se sont effondrés, relate Ashraf. On a des amis qui ont été tués à Damas, à Mezé, donc on attend. »

    Tous les jours, ils appellent leurs proches restés sur place. « Ils nous disent que la situation est de plus en plus difficile, que tous les magasins sont fermés, tous les marchés… tout est fermé maintenant », déplore Ashraf.

    Sa famille a les moyens : ils sont descendus dans un hôtel quatre étoiles. Mais la plupart de ceux qui ont fui les combats se réfugient où ils le peuvent. Ils louent des appartements où ils s’entassent, en attendant de pouvoir rentrer chez eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.