GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
Aujourd'hui
Jeudi 24 Août
Vendredi 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie : Alep, un enjeu stratégique

    media

    Les combats ont fait rage, ce vendredi 10 août 2012 à Alep, entre l’Armée syrienne libre (ASL) et les troupes régulières, le bombardement d’une boulangerie tuant notamment une dizaine de personnes. D’après le chef des troupes rebelles Abdel Jabal al-Okaidi, joint en exclusivité par RFI, le repli stratégique de l’ASL n’est en fait qu’une réorganisation et cette dernière aurait repris une partie du quartier de Salah Eddine. Le directeur de l'Institute for Near East and Gulf Military Analysis, Riad Kahwaji, confirme que la bataille d’Alep est partie pour durer.

    Abdel Jabar al-Okaidi, chef de l’armée syrienne libre à Alep, affirme se trouver dans la province d’Alep, non loin de la frontière turque. Il assure que s’il s’est éloigné de la ville, cela ne signifie pas que l’ASL est en repli.

    « La situation à Alep est toujours critique, l’aviation bombarde, les chars pilonnent. Ils sont en train de détruire la ville, de raser les quartiers, beaucoup d’habitations se sont effondrées. A Salah Eddine, les hommes de l’Armée syrienne libre ont pu regagner du terrain, une grande partie de ce quartier est repassée sous notre contrôle. Nous leur avons fait subir des pertes. Nous leur avons détruit des chars et des véhicules blindés. Vous savez, je suis quotidiennement à Alep, mon siège de commandement se situe là-bas, dans cette ville. J’y serai d’ailleurs dès ce samedi matin. Je n’ai pas quitté Alep parce que je me suis replié. Je suis parti d’Alep pour réorganiser les troupes et préparer de nouvelles opérations. C’est juste pour opérer une réorganisation, je ne me suis pas replié. Cette bataille ne se terminera qu’avec la chute du régime. »

    Riad Kahwaji, directeur de l'Institute for Near East and Gulf Military Analysis (INEGMA) basé à Dubaï, confirme que les rebelles sont, pour le moment, plutôt en situation de force par rapport à l’armée régulière.

    « Actuellement, l'Armée syrienne libre est clairement à l'initiative dans la bataille. Nous avons vu que l'Armée syrienne libre s'est agrandie, et qu'elle a amélioré ses stratégies d'attaque. Pendant ce temps, l'armée régulière semble de plus en plus dépassée par tant de batailles, qui se déroulent sur tant de fronts différents à travers tout le pays. L'armée régulière a bien sur une puissance de feu supérieure, avec son aviation et son artillerie. Mais tout au long de ces 17 derniers mois, l'Armée syrienne libre n'a pas cessé de s'agrandir pour être maintenant active dans chaque grande ville du pays. Elle contrôle des passages de frontières, elle contrôle la plupart des alentours d'Alep et de la ville d'Idlib. Ce qui me fait dire que le temps joue en sa faveur. Et je crois que les rebelles peuvent tenir encore bien plus longtemps. »

    La stratégie de l'opposition syrienne consiste effectivement à encourager les désertions des membres du régime du président Bachar al-Assad et intensifier la guerre d'usure pour obtenir la chute du pouvoir. Pour Riad Kahwaji, l'ASL mène une guerre de guérilla, notamment à Alep, où la bataille est loin d'être terminée.

    « Maintenant, ce qui se déroule à Alep, ce sont des combats de rue. Durant ces combats de rue, chaque camp lance des attaques, chaque camp doit battre parfois en retraite. Chaque rue, chaque immeuble devient important. Un jour, l'un des deux camps gagne le contrôle sur un quartier, le jour suivant il subit un revers deux rues plus loin. La situation évolue donc de jour en jour. On s'attend à une longue bataille à Alep. C'est une très grande ville, avec de nombreuses rues. Donc la confrontation entre les deux camps sera forcément fastidieuse. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.