GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/Euro-2020: la France, déjà qualifiée, peine mais bat la Moldavie (2-1) et prend la tête du groupe H
    • Éliminatoires CAN 2021: match nul entre le Mali et la Guinée, 2-2, dans le groupe A
    • Éliminatoires CAN 2021: l'Algérie, championne d'Afrique en titre, corrige la Zambie, 5-0
    • Éliminatoires CAN 2021: la RDC tenue en échec par le Gabon à domicile, 0-0
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    Moyen-Orient

    Les observateurs de l'ONU quittent la Syrie avec amertume

    media Un membre des observateurs de l'ONU, à Damas le 17 août 2012. REUTERS/Khaled al-Hariri

    Les observateurs de l’ONU ont commencé à quitter la Syrie. Leur mandat a expiré ce dimanche 19 août à minuit. Le chef des observateurs des Nations unies accuse les deux camps, régime et insurgés, de tuer des civils.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    Le départ est amer pour les observateurs de l’ONU en Syrie. En quatre mois de présence, ils ont vu le pays sombrer dans la guerre civile, avec des combats de plus en plus violents.

    Dans une dernière conférence de presse, le chef des observateurs, le général sénégalais Babacar Gaye a constaté que depuis le mois de juin, les deux camps ont intensifié les violences et que ni le régime syrien, ni les insurgés ne respectent le droit humanitaire qui impose d’épargner les civils. 

    Le Conseil de sécurité a jugé que la situation était devenue trop dangereuse pour maintenir des observateurs non-armés. Ces derniers étaient de toute façon confinés dans leurs hôtels. 

    L’ONU conserve malgré tout une présence réduite en Syrie, avec un bureau d’une vingtaine de personnes à Damas. Le nouveau médiateur international Lakhdar Brahimi est attendu la semaine prochaine à New York, où il devrait faire part d’une nouvelle approche pour tenter d’établir un dialogue entre le gouvernement et l’opposition en Syrie.

    Damas dément la défection du vice-président syrien

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Une grande confusion règne autour de la situation du vice-président syrien, Farouk al-Chareh. Des rumeurs sur sa défection et son entrée en Jordanie ont été démenties par le régime et par l’opposition, qui a fait état de l’échec d’une tentative de dissidence.

    La télévision d’Etat a diffusé un communiqué du bureau du vice-président, affirmant qu’il n’a envisagé, à aucun moment, de quitter la patrie.

    Mais aucune image de Farouk al-Chareh n’a été montrée. Sa dernière apparition publique remonte au 20 juillet, lorsqu’il a représenté le président Bachar el-Assad aux funérailles de quatre généraux tués dans un attentat à Damas deux jours plus tôt.

    L’ancien vice-ministre du pétrole, Abdo Hussameddine, qui a fui la Syrie en mars, a affirmé que le vice-président est en résidence surveillée depuis un certain temps.

    Farouk al-Chareh est la plus importante personnalité sunnite du régime. Âgé de 73 ans, il a dirigé pendant vingt-deux ans la diplomatie syrienne, avant d’être nommé vice-président en 2005, après la dissidence de son prédécesseur Abdel Halim Khaddam. Son éventuelle défection priverait le régime d’une précieuse couverture sunnite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.