GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: le Parlement sera réuni en Congrès le lundi 9 juillet 2018 (Journal officiel)
    • 2017: record de 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde, indique l'ONU
    • Séisme d'Osaka: selon les derniers bilans la puissante secousse a fait quatre morts et plus de 380 blessés, indiquent les autorités
    • Commerce: la Chine dénonce le «chantage» de Donald Trump et menace de représailles
    • Corée du Nord: Kim Jong-un va de nouveau se rendre à Pékin
    Moyen-Orient

    Egypte: Mohamed Morsi au sommet des non-alignés à Téhéran

    media

    Mohamed Morsi, le président égyptien, se rendra en Iran pour participer au sommet des  pays non-alignés prévu à Téhéran les 30 et 31 août. Une visite qui pourrait marquer le dégel des relations entre l’Egypte et l’Iran, plus de trente ans après la suspension des relations diplomatiques en 1980.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Même si le mouvement des non-alignés n’est plus ce qu’il était depuis la disparition de l’Union soviétique, le sommet reste une occasion pour le président Morsi de se projeter sur la scène internationale. Une première pour un Frère musulman.

    Mais plus important encore, c’est l’occasion pour le président égyptien de s’affirmer comme l'un des leaders du monde musulman. Un objectif qu’il n’a pas pu remplir lors du sommet islamique de la Mecque sur la Syrie où les médias saoudiens l’ont boudé.

    Mais ce sommet est surtout l’occasion de renouer avec Téhéran, avec lequel le Caire a rompu les relations depuis l’instauration de la République islamique en 1979. La question est de savoir quel sera le degré de rapprochement. Une reprise des relations diplomatiques serait mal perçue au niveau de l’opinion égyptienne qui trouve Téhéran coupable de soutien aveugle au régime de Bachar el-Assad en Syrie.

    Reste la possibilité de tenter de jouer les médiateurs. Une tâche qui risque d’être de pure forme du fait de la situation de violence sans retour dans laquelle est plongée la Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.