GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les enfants palestiniens victimes des violences israéliennes

    media

    Les enfants palestiniens sont régulièrement victimes de violences de la part des soldats israéliens. Le constat n'est pas nouveau mais il est pour la première fois corroboré par le témoignages de militaires israéliens. L'association israélienne Briser le silence sort ce dimanche 26 août 2012 un rapport qui rassemble les récits de plusieurs dizaines de soldats. Tous affirment que même lorsque la situation est calme, les enfants palestiniens sont quotidiennement victimes de ces violences arbitraires. Yehuda Shaul, ancien soldat et membre de l'association Briser le silence, livre son témoignage.

    « Ce qui est flagrant, c'est que pour l'armée, pour les soldats sur le terrain, il n'y a aucune différence entre un enfant palestinien et un adulte palestinien. Pour eux, les Palestiniens sont tous les mêmes. Si un enfant de douze ans, ou un jeune de quatorze ans se trouve devant un soldat, son âge n'a pas d'importance. C'est ce qui ressort des témoignages.

    On peut tirer pour tuer sur un jeune palestinien qui lance des cocktails Molotov à deux cents mètres d'une colonie. Même si à cette distance, il ne menace pas la colonie. L'ordre est que si quelqu'un lance un cocktail Molotov on peut le tuer, alors on tire. On arrête des enfants palestiniens, sans se soucier de savoir ce qu'ils ont fait, et on les frappe comme n'importe quel détenu. Parce ce qu'on est habitués à cela. On ne fait plus attention au fait qu'il s'agisse d'un enfant. C'est juste un détenu. C'est ce qui arrive, c'est la routine.

    La première fois qu'on entre dans une maison palestinienne, on voit des enfants pleurer, parce que cela fait peur de voir débarquer dans sa chambre un soldat casqué et armé à trois heures du matin, la première fois, on ressent quelque chose. Mais après cela devient une chose habituelle et on ne ressent plus rien. Parce que c'est la routine. Le quotidien c'est d'arrêter des gens, cela peut être des enfants ou des adultes, et on ne fait plus attention à la différence. Tous les Palestiniens sont dans le même panier ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.