GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël et les Etats-Unis irrités par la venue de Ban Ki-moon en Iran

    media Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon au sommet des non-alignés à Téhéran, mercredi 29 août. AFP PHOTO/BEHROUZ MEHRI

    Ban Ki-moon est arrivé ce mercredi 29 août à Téhéran pour assister au 16e Sommet des pays non-alignés. Une participation loin de plaire aux Etats-Unis et à Israël qui redoutent que l'Iran ne profitent de l'occasion pour donner plus d'écho à cet événement, et ne l'utilise pour tenter de rompre son isolement diplomatique.

    Cette visite est « une grosse erreur » : le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu l'a dit en personne à Ban Ki-moon. Washington, plus diplomate, aurait chargé Susan Rice, son ambassadrice à l'ONU, de conseiller au secrétaire général de ne pas se rendre à Téhéran, « un pays qui viole tant de règles internationales ».

    Pourtant, en marge du sommet, Ban Ki-moon compte justement parler avec les dirigeants iraniens des inquiétudes de la communauté internationale concernant leur programme nucléaire et la crise en Syrie, Téhéran étant le principal soutien de Bachar el-Assad.

    Et ces inquiétudes, les Américains comme les Israéliens les partagent. Mais en réalité, ce que les deux pays craignent, c'est que l'Iran ne se serve de la visite de Ban Ki-moon pour donner plus de retentissement à la réunion afin de rompre l'isolement diplomatique dans lequel les Occidentaux tentent de l'enfermer.

    D'un autre côté, comme le soulignait la semaine dernière un diplomate onusien, Ban Ki-moon n'a « pas d'autre choix » que d'aller à Téhéran. La réunion des non-alignés est un rendez-vous international majeur, les secrétaires généraux de l'ONU s'y sont toujours rendus.

    En rompant cette tradition, Ban Ki-moon aurait pu donner l'impression qu'il se rangeait du côté des Etats-Unis, ce qui aurait considérablement affaibli sa position dans les dossiers du nucléaire iranien et de la Syrie. Des dossiers sensibles, sur lesquels il doit justement montrer sa neutralité et son indépendance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.