Bahreïn dénonce la traduction par l'Iran du discours de Morsi au sommet des non-alignés - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 09:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  2. 09:30 TU Journal
  3. 09:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  4. 10:00 TU Journal
  5. 10:10 TU Internationales
  6. 10:30 TU Journal
  7. 10:32 TU Internationales
  8. 11:00 TU Journal
  9. 11:10 TU Sessions d'information
  10. 11:30 TU Journal
  11. 11:33 TU Sessions d'information
  12. 11:40 TU Littérature sans frontières
  13. 12:00 TU Journal
  14. 12:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  15. 12:30 TU Journal
  16. 12:33 TU Le coq chante
  17. 13:00 TU Journal
  18. 13:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  19. 13:30 TU Journal
  20. 13:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  21. 14:00 TU Journal
  22. 14:10 TU Mémoire d'un continent
  23. 14:30 TU Journal
  24. 14:33 TU L'épopée des musiques noires
  25. 15:00 TU Journal
  1. 09:10 TU Religions du monde
  2. 09:30 TU Journal
  3. 09:33 TU Religions du monde
  4. 10:00 TU Journal
  5. 10:10 TU Internationales
  6. 10:30 TU Journal
  7. 10:32 TU Internationales
  8. 11:00 TU Journal
  9. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  10. 11:30 TU Journal
  11. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  12. 12:00 TU Journal
  13. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  14. 12:30 TU Sessions d'information
  15. 13:00 TU Journal
  16. 13:10 TU Littérature sans frontières
  17. 13:30 TU Journal
  18. 13:33 TU Le coq chante
  19. 14:00 TU Journal
  20. 14:10 TU Musiques du monde
  21. 14:30 TU Journal
  22. 14:33 TU Musiques du monde
  23. 15:00 TU Journal
  24. 15:10 TU Musiques du monde
  25. 15:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Bahreïn Egypte Iran Mohamed Morsi

Bahreïn dénonce la traduction par l'Iran du discours de Morsi au sommet des non-alignés

media Le roi de Bahreïn Hamad bin Issa al-Khalifa. AFP/Khaled Desouki

Rien ne va plus entre l'Iran et le Bahreïn. Le royaume du Golfe dénonce la façon dont les traducteurs officiels iraniens ont déformé les propos du président égyptien Mohamed Morsi sur la Syrie lors du sommet des pays non-alignés, faisant croire qu'il critiquait le gouvernement du Bahreïn.

L'incident est tout sauf banal et met à mal les rapports entre l'Iran et le Bahreïn, déjà tendus. L'affaire remonte au 30 août, lorsque Téhéran reçoit en grande pompe les délégations de 120 pays pour le sommet des non-alignés. Contre toute attente, le président égyptien, Mohamed Morsi, qualifie d' « oppressif » le régime syrien.

La radio-télévision émet en direct, mais les téléspectateurs iraniens ne sauront jamais ce que l'invité égyptien a dit. Visiblement gênés par ces propos sévères contre l'un des alliés de l'Iran, les traducteurs remplacent tout simplement le mot « Syrie » par le mot « Bahreïn ».

« C'est une violation, une fabrication et un comportement médiatique inacceptables », s'exclame le royaume du Golfe et exige des excuses. « Il s'agit d'une erreur de l'interprète », rétorque sèchement le directeur des médias iraniens via l'agence officielle.

Le dossier est ultrasensible : Iran, puissance chiite, soutient le mouvement de contestation à Bahreïn, mouvement mené par la majorité chiite contre la dynastie sunnite au pouvoir.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.