GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sénatoriales au Japon: Shinzo Abe garde une large majorité, mais perd la majorité des deux tiers nécessaire à la réforme de la constitution
    Moyen-Orient

    Iran : le Canada ferme son ambassade à Téhéran

    media John Baird, le ministre des Affaires étrangères canadien, a justifié la fermeture de l'ambassade à Téhéran notamment par les liens que le pays entretien avec le terrorisme. AFP PHOTO / TANG CHHIN SOTHY

    Le Canada a pris l’Iran par surprise vendredi 7 septembre en rompant ses relations diplomatiques avec lui. L’ambassade canadienne à Téhéran est fermée et le personnel rapatrié, tandis que le personnel iranien qui travaille à l’ambassade d’Ottawa a cinq jours pour faire ses valises. Cette décision du gouvernement surprend les observateurs qui ne comprennent pas pourquoi ces fermetures d’ambassade interviennent aujourd’hui.

    Avec notre correspondante à Québec, Pascale Guéricolas

    Pour justifier la fermeture de l’ambassade canadienne à Téhéran, le ministre canadien des Affaires étrangères cite en rafale l’aide de l’Iran au régime syrien, le programme nucléaire iranien, les menaces contre Israël, le soutien à des groupes terroristes. Sauf que tout cela n’explique pas que la suspension des liens diplomatiques se fassent très exactement maintenant.

    Des spécialistes de la politique étrangère avancent quelques possibilités. C’est la semaine prochaine que le Canada va déposer la liste des pays qui encouragent le terrorisme. Cette liste permettra à des victimes d’actes terroristes de poursuivre les Etats fautifs. L’Iran devrait y figurer en bonne place. Autre hypothèse : la découverte en juin dernier du site internet où un conseiller de l’ambassade iranienne à Ottawa incitait les Iraniens établis au Canada à grimper dans la hiérarchie d’Etat pour mieux collaborer ensuite avec leur patrie d’origine.

    De nombreuses voix se sont élevées alors pour exiger la fermeture de la représentation diplomatique. L’une d’elles, et non des moindres, est celle de l ‘épouse du ministre canadien de la Défense, fille d’un Iranien torturé et emprisonné par le régime de son pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.