«L'Innocence des musulmans»: un jour de prière placé sous le signe de la colère en Egypte - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 07:30 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Une semaine d'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:33 TU Une semaine d'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Atelier des médias
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Atelier des médias
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Sessions d'information
  20. 12:30 TU Journal
  21. 12:33 TU Sessions d'information
  22. 12:40 TU Orient hebdo
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  25. 13:30 TU Journal
  1. 07:30 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Archives d'Afrique
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Archives d'Afrique
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Afrique presse
  20. 12:30 TU Sessions d'information
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU La marche du monde
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU La marche du monde
  25. 14:00 TU Journal
Urgent
Burkina Faso : édition spéciale sur les antennes de RFI ce samedi 1er novembre, de 6h TU à 8h TU
fermer

Moyen-Orient

Egypte Islam Religion

«L'Innocence des musulmans»: un jour de prière placé sous le signe de la colère en Egypte

media

Ce vendredi 14 septembre, jour de prière pour les musulmans égyptiens, est aussi une journée de manifestations contre L'innocence des musulmans, film ouvertement islamophobe et véritable pamphlet contre le prophète Mahomet. Dès sa diffusion sur internet mardi, des milliers de fidèles sont descendus dans les rues. Les Frères musulmans avaient appelé à manifester après la prière. Reportage du côté de la mosquée Omar Makram, où un calme relatif domine pour l’instant.

Avec notre envoyée spéciale au Caire, Véronique Gaymard

Ce vendredi, il y avait finalement du monde à la mosquée Omar Makram, qui jouxte la place Tahrir, et devant laquelle des échauffourées se produisent régulièrement depuis trois jours.

Un calme relatif est revenu devant une rue jonchée de pierres. L’odeur des gaz lacrymogènes pique encore la gorge et les yeux. Une trêve a été observée pendant le prêche de l’imam de la mosquée, qui appelait les jeunes à ne pas faire usage de la violence contre les forces de l’ordre, mais à manifester pacifiquement.

La police, elle, s’est retranchée pendant le prêche environ cent mètres plus bas, prête à riposter. A la sortie de la prière, les fidèles ont dit vouloir rester sur la place pour montrer leur désaccord avec le film de la discorde. L’un d’eux souhaitait voir les auteurs de la vidéo jugés ici en Egypte, pour ce qu’ils considèrent être un crime.

De son côté, l’ambassade américaine a demandé à l’armée égyptienne d’ériger un mur de blocs de ciment. Ces blocs ont été installés en fin de matinée et empêchent ainsi l’accès à la représentation américaine.

Après la prière, des manifestants tendent des slogans pacifiques. Ils veulent se rendre devant l’ambassade américaine, ce qui est impossible actuellement. Les heurts peuvent recommencer à tout moment.

Face au déferlement de violences, les Frères musulmans ont retiré, ce vendredi, leur appel à manifester à travers tout le pays. « Quand nous avons appelé à des manifestations dans tout le pays devant les mosquées, le but était d'exprimer la colère de tous les Egyptiens. Mais à la lumière des événements des deux derniers jours, la confrérie a décidé de participer à une manifestation symbolique place Tahrir uniquement, afin qu'il n'y ait pas de destructions de biens, de blessés ou de morts », a déclaré le secrétaire général Mahmoud Hussein par communiqué.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.