GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte : le président Morsi amnestie les partisans de la révolution

    media Le président égyptien Mohamed Morsi a décidé d'amnistier ceux qui ont soutenu la révolution. Reuters

    Cent jours après son arrivée au pouvoir, le président égyptien Mohamed Morsi gracie tous ceux qui ont été arrêtés pour des actes visant à soutenir la révolution. La mesure concerne les actes commis entre le début du soulèvement en janvier 2011 et son élection en juin 2012. L'amnistie concerne les personnes déjà condamnées par la justice et celles qui font l'objet d'une enquête ou qui sont en cours de jugement, sauf ceux qui sont accusés de meurtre. On ne sait pas combien de personnes sont concernées par cette décision.


     

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    C’est en sa qualité de chef de l’exécutif mais aussi de détenteur du pouvoir législatif en l’absence de l’Assemblée que le président Morsi a adopté le décret-loi. Une décision visant à redorer le blason du chef de l'Etat au terme de cent jours au pouvoir qui n’ont pas vraiment convaincu.

    Il s’agit d’une amnistie générale pour tous les crimes et délits commis pour soutenir la révolution entre le 25 janvier 2011 et le 30 juin 2012, date de la prise de pouvoir par le président Morsi. Un président qui laisse un délai d’un mois aux procureurs généraux, civil et militaire, pour dresser la liste des personnes amnistiables. Celles dont les noms ne figureront pas sur ces listes pourront présenter un recours.

    Si les procureurs refusent toujours de leur accorder l’amnistie, leur dossier sera automatiquement transféré à une commission composée du président de la Cour de cassation, du président de la cour d’appel et d’un magistrat militaire.

    Les décisions de la commission qui seront adoptées à la majorité seront sans appel. Le décret-loi prévoit enfin la garantie des droits des parties civiles qui auraient été affectées par les crimes amnistiés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.