GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: un répit pour les migrants originaires du Soudan et d'Erythrée

    media

    La justice diffère le projet du gouvernement d’arrêter et d’enfermer les ressortissants soudanais entrés clandestinement ces dernières années sur le territoire de l’Etat hébreu. En août dernier, le ministre israélien de l’Intérieur avait appelé ces migrants à quitter volontairement Israël sous peine d’arrestation à partir du 15 octobre, soit lundi prochain. Mais un tribunal vient de bloquer provisoirement la mise en œuvre de ce projet.
     

    Avec notre correspondant à Jerusalem, Nicolas Falez

    Ces dernières années, près de 60.000 Africains ont pénétré illégalement en Israël, par le Sinaï et la frontière égyptienne. La plupart de ces migrants sont des Soudanais et des Erythréens, non expulsables car bénéficiant d’une protection collective accordée par l’ONU à ces deux populations, en raison de la situation politique dans leurs pays d’origine.

    Un centre de rétention dans le Neguev

    Mais la question de l’immigration clandestine est un sujet brûlant en Israël. La situation est devenue tendue dans certains quartiers où vivent les migrants africains et le ministre de l’Intérieur, Elie Yishaï, a fait de ce dossier son cheval de bataille. «Si Israël ne peut expulser ces hommes et ces femmes alors nous allons les arrêter et les enfermer», a-t-il promis en substance. Un centre de rétention a d’ailleurs été construit à cet effet dans le désert du Neguev, dans le sud d’Israël. Et selon le ministère de l’Intérieur, les Soudanais doivent à terme y être regroupés après arrestation.

    Mais les associations de défense des droits de l’homme engagées auprès des migrants ont déposé un recours en justice expliquant que le projet allait déboucher sur une vaste chasse à l’homme. Un tribunal vient donc de suspendre la campagne d’arrestation censée débuter ce lundi 15 octobre. Une nouvelle audience est prévue le 30 octobre dans ce dossier extrêmement sensible.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.