GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Guantanamo : audiences préparatoires pour le procès du 11-septembre

    media Khaled Cheikh Mohammed, le cerveau présumé des attentats du 11 septembre 2001. REUTERS/Janet Hamlin

    Sur la base militaire américaine de Guantanamo ont débuté ce lundi 15 octobre les audiences des accusés du 11-septembre. Pour le cerveau présumé des attentats, le Pakistanais Khaled Cheikh Mohammed et ses quatre co-accusés, c'est la première comparution devant le juge depuis leur mise en accusation en mai. Il s'agit d'audiences préliminaires, afin de préparer leur procès, qui ne devrait pas se tenir avant un an.

    Khaled Cheikh Mohammed et ses quatre co-accusés ont comparu ce lundi devant la justice militaire d'exception à Guantanamo. Les cinq hommes portaient tous des tuniques traditionnelles et des turbans ou des coiffes blanches.

    Cette audience préliminaire, qui doit durer cinq jours, avait déjà été reportée à plusieurs reprises en raison du ramadan, de l'arrivée d'un ouragan et d'une panne d'internet.

    En léger différé

    Au cœur des débats entre juge, procureurs et avocats de la défense : la question de la censure des propos tenus par les accusés pendant le procès. Pour l'instant, un différé de 40 secondes est imposé systématiquement lors des débats à Guantanamo. Ce delai permet à un censeur de brouiller la retransmission des informations jugées sensibles, y compris pour les journalistes et le public qui suivent l'audience derrière une paroi vitrée.

    Le gouvernement invoque la sécurité nationale pour expliquer ce procédé. De son côté, la défense, soutenue par quatorze médias et l'association de défense des libertés civiles ACLU, demandent au juge d'assurer la transparence des débats.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.