GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Des eurodéputés annulent une visite en Iran, faute de pouvoir rencontrer les lauréats du prix Sakharov

    media

    Une délégation de cinq eurodéputés a annulé sa visite à Téhéran, ce samedi 27 octobre, en raison du refus des autorités d'autoriser une rencontre avec les deux lauréats iraniens du prix Sakharov 2012, le cinéaste Jafar Panahi et l'avocate Nasrin Sotoudeh, condamnés à de lourdes peines dans leur pays.

    Les cinq membres du Parlement européen devaient se rendre à Téhéran du 27 octobre au 2 novembre pour une visite officielle, dans la cadre d’échanges avec le Parlement iranien. Mais ce samedi, la délégation a renoncé à la visite, le régime ayant refusé que les eurodéputés rencontrent les deux lauréats - et opposants au régime - du prix Sakharov, décerné par le Parlement européen : l’avocate Nasrim Sotoudeh et le cinéaste Jafar Panahi.

    L’eurodéputée écologiste belge et vice-présidente du Parlement européen, Isabelle Durant, devait faire partie de la délégation. Elle regrette l’attitude de Téhéran, d’autant que selon elle, cette visite aurait permis d’évaluer les conséquences des sanctions dans le pays.

    Aller mesurer l’effet des sanctions sur place aurait été un témoignage utile à notre retour pour l’ensemble de la diplomatie internationale à l’égard de l’Iran.
    Isabelle Durant Vice-présidente du Parlement européen 11/10/2013 - par Piotr Moszynski Écouter

    Le président du Parlement européen Martin Schulz avait déjà averti, la veille, qu’un refus de la part de la République islamique entraînerait automatiquement une annulation de la venue de la délégation. Cité par l’agence Isna, Hossein Sheikholeslam, le conseiller du président du Parlement iranien pour les affaires internationales a rétorqué ce samedi : « Si la délégation est d’accord pour venir malgré tout en Iran selon l’agenda accepté initialement, il n’y a aucune objection à sa visite. Mais nous ne pouvons pas accepter la pré-condition actuelle. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.