GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La Chine avance de nouvelles propositions face au conflit en Syrie

    media Lakhdar Brahimi (G) et le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi à Pékin, le 31 octobre 2012. REUTERS/Takuro Yabe

    La Chine a annoncé jeudi 1er novembre avoir fait de «nouvelles propositions constructives» pour tenter de mettre un terme au conflit en Syrie, dont un cessez-le-feu organisé région par région et par phases, et la formation d'un gouvernement de transition. Le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi, qui a rencontré le médiateur international de l'ONU, Lakhdar Brahimi, en visite à Pékin, a réitéré ses appels à une «résolution politique» du conflit.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Officiellement, il s’agit de détailler la « résolution politique » du conflit prônée par Pékin, mais ces nouvelles propositions avancées par le ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi vont en réalité un peu plus loin, puisqu’on y trouve notamment l’idée d’un cessez-le-feu organisé région par région et par phases.

    Comme la Russie, la Chine s’est toujours opposée aux résolutions du Conseil de sécurité visant à faire pression sur Damas. Contrairement à Moscou, en revanche, Pékin a toujours essayé de ne pas apparaître comme trop lié au régime syrien. Ces propositions viennent donc appuyer la position de médiateur « entre les parties concernées » revendiquée par la diplomatie chinoise.

    Un credo relayé par les spécialistes de la question ce vendredi 2 novembre dans la presse officielle. Cela va sans dire mais cela va mieux en le martelant : « Ces nouvelles propositions ne veulent pas dire que la Chine a abandonné le pouvoir de Bachar el-Assad », insiste notamment Li Wei Jian, professeur à l’Institut de recherche international à Shanghai, cité par le Huanqiu Shibao.

    On l’a compris, la Chine ne change pas de cap, tout en acceptant un petit pas vers ce « rôle plus actif » sur le dossier syrien réclamé par le médiateur de l’ONU. Et ce, alors que les rebelles multiplient les opérations coup de poing contre les soldats de Damas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.