GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Koweit : les autorités interdisent une manifestation contre la nouvelle loi électorale

    media

    Au Koweit, les forces de sécurité ont été placées en état d'alerte. Les autorités menacent les faire intervenir contre une manifestation de l'opposition prévue ce dimanche 4 novembre.

    C'est pour protester contre un amendement de la loi électorale, approuvé à la mi-octobre par l'émir du Koweit, que l'opposition de ce pays a appelé à une manifestation ce dimanche. Un rassemblement pacifique, ont assuré les organisateurs, mais qui n'est pas autorisé et que le ministère de l'Intérieur veut empêcher par tous les moyens.

    Pour Saad Al-Ajmi, universitaire koweitien qui participe aux protestations de l'opposition, « c'est une manifestation pacifique, les gens veulent s'exprimer et dire qu'ils ne veulent pas que des lois soient établies en dehors du Parlement, surtout quand il s'agit de "découpage électoral", c'est pourquoi je pense que la force ne devrait pas du tout être utilisée contre nous... »

    Pour l'opposition, l'amendement de la loi électorale pourrait favoriser une manipulation des résultats, lors des élections anticipées convoquées le 1er décembre. Le climat reste en tout cas très tendu au Koweit. Le 21 octobre a eu lieu la plus grande manifestation de l'histoire du pays, une centaine de membres de l'opposition et onze policiers ont été blessés. Et mercredi dernier encore, la police a fait usage de grenades assourdisantes et de gaz lacrymogène pour disperser des milliers de manifestants, il réclamaient la libération du chef de l'opposition, relâché sous caution un jour plus tard.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.