GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’opposition koweïtienne manifeste tant bien que mal dans la capitale

    media

    Au Koweït, pari réussi pour l'opposition : des milliers de personnes ont manifesté à son appel dimanche 4 novembre à Koweït City, malgré l'interdiction des autorités. La police a utilisé des pistolets paralysants et des gaz lacrymogènes, plusieurs manifestants auraient été arrêtés, mais pour le moment on ne signale aucun blessé.

    La police et les forces spéciales avaient établi un véritable cordon (des centaines d'hommes, des véhicules blindés) pour isoler le site prévu à l'origine pour la manifestation. Qu'à cela ne tienne, les organisateurs ont prévenu tout le monde par Twitter : il faut maintenant se rendre à Mishref, 20 kilomètres au sud de la capitale.

    La police, immédiatement, a fermé la plupart des voies d'accès mais plusieurs milliers de manifestants ont quand même réussi à s'y rendre. C'est la troisième manifestation en deux semaines à réunir autant de monde, et pour la même raison : protester contre un amendement à la loi électorale approuvé il y a deux semaines par l'émir, et qui, selon l'opposition, pourrait aider à manipuler les résultats des élections anticipées du 1er décembre, des élections que presque tous les groupes d'opposition ont déjà promis de boycotter.

    Une fois encore, ce dimanche, la police a utilisé des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour disperser les manifestants, mais dans le même temps, l'émir a reçu pour la première fois quatre figures de l'opposition. Parmi elles, l'ancien député Mohammad Hayef qui affirme sur son compte Twitter que le chef de l'Etat accepte que la Cour constitutionnelle se prononce sur le fameux amendement.

    Rien n'est réglé pour autant, puisqu'en février dernier, lorsque l'opposition a remporté les élections générales, c'est cette même Cour constitutionnelle qui a annulé le vote et réinstallé le Parlement précédent, pro-gouvernemental.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.